RSS

Archives du 7 septembre 2012

Vidéo

Ton Gosto est le mien…

Récit: Cela faisait un moment que je voulais vous conter la musique chaabi et qui dit chaabi dit forcement la casbah . Car C’est dans les fins fonds des venelles de la vieille cité d’Alger que la vie artistique algéroise prenait son véritable essor.Du théâtre à la musique, en passant par la littérature, les algériens encore sous occupation coloniale, prenaient conscience de la nécessité d’une vie culturelle. Changement de ton: Oui mais voila ,le papier se déclinait trop sec ,presque rêche je dirai…et je me mis a la recherche d’une autre écriture ,un autre mouvement digne de cette musique du merveilleux et de cette pâte a souvenirs .Jusqu’à il y a quelques jours ou je reçus dans ma boite mail le film “El Gosto” de Safinez Bousbia – merci a Reda- et la je suis tombée ,littéralement, sous le charme ,au fur et a mesure que la pellicule se déroulait. Je ne marchais pas avec 3ami Tahmi dans les rues de la Casbah mais je me déplaçais sur trampoline et j’avais des crayons bleus plein les poches pour colorier le ciel d’Alger .. Ah ,le chaabi et un double “Ah” pour les artistes chaabi et une ovation debout pour Ces visages creusés par de profondes rides et dont les yeux pensifs contemplaient l’Algérie des années 2000 . Non ils n’ont rien perdu de leur verve ni des notes qui racontaient leur âme et ses ombres et ses gloires 3ami Tahmi l’élu de mon coeur: c’est l’histoire d’un magicien du temps qui n’a eu de cesse de me faire voyager du monde des rues de la casbah d’aujourd’hui a celui qu’il a gardé intacte dans sa tète, cet implacable outil du récit:-”j’ai chanté les beaux textes Algerois ,j’ai chanté les femmes ,les roses ,l’argent l’amour ,l’alcool , j’étais infatigable.” il rajoutera plus loin :”je suis un chanteur voyou”. Le mot est lâché, Alger que nous conte le chaabi n’est pas un Alger lisse et poli mais plutôt celui des tréfonds , celui des dockers , des fumoirs et de “Dar Kassousa’ et comme elle était majestueuse Madame Kassousa . Silence et lever de rideau : je retiendrai tout d’abord la lumière de ce paysage sonore,les palpitations et l’émotion a fleur de peau …suspendue aux notes qui provenaient  de la mandoline je voyais défiler l’Algerie d’avant ,celle du pendant et du coups je comprenais celle du maintenant . On avance donc et en matière d’amour el “Gosto” reajuste l’histoire des petites semaines et remet la fiction de soi au goût du jour .Le reste mes larmes le raconteront mieux que moi. The end: Bonjour et surtout merci Messieur les ARTISTES.

 
1 commentaire

Publié par le 7 septembre 2012 dans musiques et videos