RSS

Archives Mensuelles: octobre 2014

la loi des algorithmes…

 

Photo de Lydia Chebbine.  Automne Americain.  Octobre 2014.

Photo de Lydia Chebbine.
Automne Americain. Octobre 2014.

Qu’est ce qui fait le miracle d’une vie… Et si c’était tous ces récits sur le elle et le il. 
Tous ces contes pour grandes personnes ou la langue sert de socle performatif. Puisque la rencontre,toutes les rencontres entre le feminin et le masculin relèveraient immanquablement d’une mysticité classique.
Le ton etait monté très vite ce soir la…les intercisses racontaient avec une certaine violence les hors champs délabrés,la confusion de l’éloignement et toutes les obsessions tenaces…car entre une femme et un homme,c’est une histoire de séduction,avant tout…un luxe du temps.
Au final,toutes les histoires des femmes et des hommes sont directement ou indirectement des matières a roman .
-« L’Algérien que tu connais, c’est qui déja? ».
Sa voix empruntait ,au fil des minutes,les intonation du désespoir pour finir par se lâcher  :
-« Tu ne peux pas imaginer que l’Algérien que tu connais n’existe plus?. »
Elle soutient son regard et avoue d’une voix voilée, presque a regret :
-« C’est vrai que je pense l’Algérien a l’image de Malek Haddad,l’homme de ma vie. »
Il ne se démonte pas et lui envoie tout de go:
-« les mutations sont énormes. »
Et a elle de reprendre:
-« Je n’ai pas changé,moi. »
Le ton grondait et les mots disaient plus qu’il n’en fallait comme pour mettre fin a une ébauche du sublime.
-« Malek Haddad qui a honte d’écrire en français ou juste celui qui a créé je t’offrirai une gazelle ? Peut etre ,cet autre de la dernière impression? Mais bien entendu, tu as changé par petites touches sans que tu n’y prêtes attention .Tu as tellement changé que tu t’en rappelles meme pas …Que tu t’en rappelles plus. »
-« En effet ,je parle du fabuleux Malek Haddad,du regardeur, de l’homme qui sème le merveilleux et qui n’a pas honte de lever les bras au ciel…je parle du règne des hommes qui ne sont pas pressés. »
Mais contrairement a son héros elle laissa tomber les bras…les orchestrations se brouillaient et les notes se confondaient dans des boucles inaudibles…Ainsi éclataient les récits des fous de l’impossible.Entre pari démesuré et fracas de passion s’évanouissaient le mystère et les lieux des romans. 

 
4 Commentaires

Publié par le 24 octobre 2014 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , ,

Crispation…

Samedi matin,il pleut, il fait gris et suinte le regret de l’été…Une femme,deux,quatre et une palette très variée du » moi »,du « nous » mais au fond il s’agissait surtout de l’image que chacune d’elles se faisait de sa petite romance…
Que peut-on s’accorder comme contradictions quand on « se joue » en direct?
Nous épousons les modèles,accentuons les reliefs pour arrondir les angles voire les lisser au delà des vagues fantomatiques du « plus jamais cela » ou cet autre « Ah,si je savais »…Les mots tombent par paquet pour raconter le maintenant et plus prudemment les lendemains.
Des femmes prennent la pause,se parlent en jouant les accords,les désaccords et il n’y a rien d’original a cela si ce n’est que les autoportraits « marbrés » révèlent, généralement,les solitudes orphelines.

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 octobre 2014 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , , ,