RSS

Sur la théorie de tout …

13 Déc

 

Theory
La transcription n’est pas la vraie vie mais un échos lointain voire légèrement imprécis de ce qui pourrait être l’enfer des constats tragiques, irrévocables, froids. Ceux la mêmes qui vous plongent dans la solitude des réflexions insupportables pour vos neurones qui sauteront méticuleusement un a un sans faire la moindre étincelles.
Ces pétards mémoriels mouillées s’alignaient perfidement sur le rythme de l’extinction teigneuse de vos ressouvenances. La chronique devient capricieuse, le tempo en prend un coup et la vision finit par avoir du mal avec la répartition des 24h/jour.
– Es-tu certain de m’en avoir soufflé mot aupavant?
– Mais enfin tu exagères, tu devrais me prendre plus au sérieux.
– Evidemment que cela me revient mais vaguement, très vaguement. Et si nous reprenions tout des le début, hein?
S’en suivait généralement de très vives protestations, des bras qu’on lève  vers le ciel pour dire que cela ne peut plus continuer.
-C’est immanquablement de la mauvaise foi .
Éclat de porte exagérément sonore et des pas fuyants .
Restée seule dans sa tête ou il est de plus en plus aisé de faire de grands ronds tellement qu’elle était vide cette satanée tête, elle renouvelait l’exercice mental
qu’elle s’imposait depuis des semaines. Commencer scrupuleusement par suivre la courbe du déroulé de la journée. Les battements de son cœur affolaient ses tympans et de la sueur au gout de souffre  lui en tombait par paquets jusqu’en bas dan le dos. Son trouble s’accentuait, se découplait  pour finir par inonder la pièce plongée dans la pénombre.
Tremblante, elle avançait tout essoufflée dans les dédales mentals. Poings serrés, yeux écarquillés, elle tentait  de retenir la moindre broutille, de s’accrocher a la bribe d’un détails.

Retours a la case départ
Voyons ce que je devais faire aujourd’hui ?
Les lacunes sont de plus en plus notoires surtout qu’elle a passé tout l’après-midi a suivre ses programmes préférés en mode replay.
On a parlé philosophie, des djihadistes, de la maison Gallimard puis  du film de ce jeune réalisateur Britannique dont le nom lui échappait et lui échappera encore pendant les plusieurs heures a venir.

Irritée au plus haut point ,elle ouvre précipitamment la porte du frigo afin d’ y retirer de l’eau
Et…
Le frigo, était impeccablement, totalement, rageusement vide.
C’était donc cela.,elle avait magistralement oublié de faire les courses de la semaine.
-Ça va maman, tu sembles soucieuse?.
La voix était avenante , douce . Elle se retourne pour balbutier d’une voix confuse a l’oreille de sa princesse:
-C’est la journée des courses, tu m’y accompagnes,dis?

 
2 Commentaires

Publié par le 13 décembre 2015 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , ,

2 réponses à “Sur la théorie de tout …

  1. bizak

    15 décembre 2015 at 11:39

    En lisant ton texte je pensais directement à l’Alzeimer qui avait atteint ma mère avant qu’elle ne meurt. Sans avoir encore lu tes mots-clés. Ta description est parfaite, on s’y sent égaré de voir l’autre égaré, on ressent encore plus de douleur que celui atteint de cette terrible maladie. Récemment à Béjaia a été organisée une conférence sur cette maladie par « l’association des amis de la faculté de médecine de Béjaia ». Ce qui a été le plus souligné, c’était la souffrance vécue encore plus insupportables par les « aidants » de la famille, celui ou celle qui accompagne difficilement la malade, le conjoint ou l’enfant proche.
    Ton texte a su parler de cette maladie d’une manière imagée qu’aucun discours académique ne puisse remplacer, il pénètre d’entrée notre coeur.
    Merci Latifa, c’est toujours un bonheur de te lire.

    J'aime

     
    • Jasmins de nuit

      16 décembre 2015 at 14:50

      Bonjour Bizak,
      « On ressent encore plus de douleur que celui atteint de cette terrible maladie », tu as raison , il est réconfortant de savoir que les personnes atteintes ne souffrent pas de ces absences ou du-moins pas comme nous le pensons. Je suis désolée pour ta petite maman et j’aimerai souligner le fait que j’apprécie particulièrement la tendresse que tu mets en evoquant cette attachante personne, paix son âme.
      Merci de ta presence sur cette espace mon ami.

      J'aime

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :