RSS

Archives de Tag: Kabylie.

« Ay lxiṛ-inu ».


Chanson du grand chanteur Algerien Idir.
Le titre « Ay lxiṛ-inu » est interprété librement par la talentueuse soprano Amel Brahim-Djelloul-.
Il ne s’agit ,en fait ,pas seulement d’une chanson mais d’un passage de flambeau a double sens. Le féminin /masculin se décline sous une rare respiration apaisée et apaisante.

Traduction de Fadhma Izri que je remercie vivement.

Mon bonheur est accompli
Mes pleurs ont taris
Le grenadier a porté des fruits

Une brise de bonheur berce mon cœur
Laissez-moi donc, je vous en conjure !
Ne m’en voulez pas si je vous injure !

Refrain

Partageons la joie de notre heureux béni
De la maison haute, j’ai perçu un gémissement
J’ai entendu les cris d’un enfant remplir les environs

Les sourires se dessinent sur les visages
Et nous fêterons notre joie comme d’usage

A travers les forêts, les monts et les plaines
Une brise douce délie les visages
Préparez donc le henné de notre bien aimé

Refrain

Les sourires se dessinent sur les visages
Et nous fêterons notre joie comme d’usage

A travers les forêts, les monts et les plaines
Une brise douce délie les visages
Préparez donc le henné de notre bien aimé

Refrain.

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 octobre 2012 dans musiques et videos

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Des taqendurt de chez nous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La robe Kabyle n’a pas toujours eu la forme qu’elle a aujourd’hui, autrefois, on parlait de Taqendurt.

L’ancienne robe Kabyle été  taillée dans  de la  laine blanche tissée  en une seule pièce ouverte par une fente sur la poitrine. Les anciennes robes Kabyles n’avaient pas de manches, mais étaient assez  amples pour recouvrir les bras. La robe Kabyle était accompagnée  de ce qu’on appelait axellal, une sorte de manteau d’hiver qui protégeait la femme Kabyle du froid. Axellal n’était pas cousue, il était simplement accroché aux épaules et sur le devant par des fibules (Tabzimt). elles le rattachaient par  une ceinture   faite de laine et enroulé une dizaine de fois autour de la taille.
Au 20e siècle, le style vestimentaire de la femme Kabyle a connu beaucoup de changements, le tissu industriel de coton imprimé a remplacé la laine, la robe Kabyle est née.
Cousue à la machine à partir de plusieurs pièces à présent, elle peut  avoir des manches courtes ou longues comme elle peut être sans manches, Elle est fendue par devant et décorée sur le dos et le bas de la jupe avec des rubans qu’on appel Zigga.
Une partie du corsage nommé iciwi sert de poches aux femmes kabyles qui s’en servent pour cacher leurs économies.
La jupe est recouverte d’une fouta (lfoudha), un tissu multicolore (souvent noir, rouge et jaune) noué au niveau de la taille.
Les femmes Kabyles portent leurs plus belles robes en soie pour celles qui en ont les moyens les jours de mariages  accompagnées de bijoux Kabyles ,ultime signe de richesse.
Anes Tina
 
 PS:

Ce sujet a été  suggéré par mon amie Baya que je remercie vivement  .Voici ce qu’elle m’a envoyé  .
 -Coucou Latifa, je me suis dit que tu pourrais peut etre ajouter cette piece a la collection de tenues algeriennes? le texte est bien ecrit, riche et informatif.
bises et a bientot inchaallah .

 
11 Commentaires

Publié par le 18 juin 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , , , ,