RSS

Archives de Tag: Mode

Sur le mode « négligés en dentelle ».

Le sieur Marc Jacobs chez Louis Vuitton que l’on décline en pyjamas écarlate a décidé de vous déshabiller l’hiver prochain ..
ces dames commencent la journée en enfilant un manteau trois-quarts en astrakan fluide sur de torrides négligés  en dentelle .
Le dedans et le dehors se confondent sous le coup des ciseaux savant qui coupent a vif  dans  l’étoffe en prose.

 Marc Jacobs explique sans sourciller que le vrai luxe aujourd’hui, c’est de s’apprêter pour rester chez soi plutôt que sortir pour se montrer.
Dans une tentative de faire  parler les corps , Le Sieur Marc ouvre les territoires et le prêt a porter fait place au  prêt a bouger..
Une idée de la femme  émerge alors a fleur d’un certain temps et par effet de retrait ,l’espace deviendra  exclusivement masculin par le masculin et pour le masculin .
la silhouette féminine  finira par se confondre dans un nuage  ample ,imprécis  et le corps singulièrement  inactuel  manquera  au final terriblement d’esprit.
Paris,vous avez dit Paris. Cheers.

Collection Louis Vuitton Hiver 2013/

 
 

Étiquettes : , , , ,

Vidéo

« Le luxe a l’etat pur » est un label Berluti

Pour sa collection 2013 la célèbre maison Berluti, de souliers et d’articles de maroquinerie de luxe exclusivement masculins a transformé les Jardins du Palais Royal en un jardin privé ou des hommes très années 50 se livrent dans de délicats tableaux vivants
Une mise en scène grandiose d’Alexandre de Betak et des image inedites comme celle des derbies disposées en un magnifique arc en ciel sur la Pelouse interdite ou cette autre de mannequins de tous âges qui se baladent dans les jardins et enfin des souliers en cuir cachés dans les haies.
Du luxe à l’état pur et c’est du Berluti.

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 juillet 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , , ,

Gaultier 2013 ou la Confusion des genres…

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Référence aux années 1920 chez Gaultier collection  2013 ,une époque où les hommes travestissaient leurs apparences dans des clubs où se côtoyaient  le tout Paris  .

Confusion des genres donc , plusieurs hommes s’immiscent   comme souvent chez Gaultier, dans ce défilé de haute couture, un artisanat par définition féminin …les mannequins  paraissent plutôt costumés qu’habillés  ,fracs et hauts-de-forme , beaucoup de noir, de rigueur avec quelques explosions de couleur et de métal . 
le masculin-féminin,  une religion chez  Gaultier, est passé en revue en smoking  et en « jumpsuit » , Un runway  assez lugubre en somme qui relevait  plus du bal masque  que de la haute couture.
Les invites garderont  cependant en mémoire  le clin  d’oeil à l’affaire DSK, la silhouette intitulée « chambre 2806 » est une robe longue en velours noir sous les seins dont le buste est entièrement transparent sous un voile de mousseline.  .
De cette confusion des genres dira un spécialiste de la mode , ne demeure  au final que le mot confusion.

une robe longue en velours noir sous les seins dont le buste est entièrement transparent .

une tenue baptisée « chambre 2806 », en référence à la suite occupée par Dominique Strauss-Kahn   au Sofitel de New York et sa scandaleuse affaire .

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 juillet 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , ,

Femmes Algeriennes dans leurs appartements…

Ce n’était pas tout a fait la nuit mais le soleil s’était retiré depuis un moment deja et sous cette lumière bleuâtre et fragile je voyais la silhouette qui remontait la rue . 
 On apercevait au départ le corps drapé de voile blanc, léger et surtout précieux car tissé de soie pure et rayé de fils d’or et d’argent .
Puis me parvenait Le bruit des talons claquants et urbains…des sons auxquels j’étais habitue car il s’agissait des notes de la médina .
le haik laissait deviner les épaules fragiles, la taille fine et l’ondulation du corps racontant une grâce millénaire qui remonterait jusqu’au porte d’Istanbul….
la voilette courte en dentelle ne laissait voir du visage que les yeux d’un noir profond au regard  caressant  … le mouvement des lourds cils noirs et recourbés soulignait délicieusement cette intensité unique et  dangereusement  bouleversante.
A défaut de voir le visage on glisse vers les jambes galbées  et marbrées que laissait entrevoir la fente du serouel Algerois ..le contact de l’étoffe avec la peau noyait la silhouette dans une douce mélodie de froufrous soyeux.. 
Volupté , désir, beauté , féminité, raffinement sobriété autant de respirations pour raconter l’Algérienne en haik qui venait tous les soirs chatouiller mes rêves …ceux d’une petite fille en plein balbutiements  » chrysalides ».

 
10 Commentaires

Publié par le 5 juillet 2012 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Des taqendurt de chez nous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La robe Kabyle n’a pas toujours eu la forme qu’elle a aujourd’hui, autrefois, on parlait de Taqendurt.

L’ancienne robe Kabyle été  taillée dans  de la  laine blanche tissée  en une seule pièce ouverte par une fente sur la poitrine. Les anciennes robes Kabyles n’avaient pas de manches, mais étaient assez  amples pour recouvrir les bras. La robe Kabyle était accompagnée  de ce qu’on appelait axellal, une sorte de manteau d’hiver qui protégeait la femme Kabyle du froid. Axellal n’était pas cousue, il était simplement accroché aux épaules et sur le devant par des fibules (Tabzimt). elles le rattachaient par  une ceinture   faite de laine et enroulé une dizaine de fois autour de la taille.
Au 20e siècle, le style vestimentaire de la femme Kabyle a connu beaucoup de changements, le tissu industriel de coton imprimé a remplacé la laine, la robe Kabyle est née.
Cousue à la machine à partir de plusieurs pièces à présent, elle peut  avoir des manches courtes ou longues comme elle peut être sans manches, Elle est fendue par devant et décorée sur le dos et le bas de la jupe avec des rubans qu’on appel Zigga.
Une partie du corsage nommé iciwi sert de poches aux femmes kabyles qui s’en servent pour cacher leurs économies.
La jupe est recouverte d’une fouta (lfoudha), un tissu multicolore (souvent noir, rouge et jaune) noué au niveau de la taille.
Les femmes Kabyles portent leurs plus belles robes en soie pour celles qui en ont les moyens les jours de mariages  accompagnées de bijoux Kabyles ,ultime signe de richesse.
Anes Tina
 
 PS:

Ce sujet a été  suggéré par mon amie Baya que je remercie vivement  .Voici ce qu’elle m’a envoyé  .
 -Coucou Latifa, je me suis dit que tu pourrais peut etre ajouter cette piece a la collection de tenues algeriennes? le texte est bien ecrit, riche et informatif.
bises et a bientot inchaallah .

 
11 Commentaires

Publié par le 18 juin 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Au MOMA…

Ce diaporama nécessite JavaScript.


New york,  53e  street  et mon guide se prénomme Lydia. Étudiante en critique d’arts visuels  ,elle me propose une virée shopping .
 Que de bric a brac sous le label pimpant de « modern art »:
savonnette magnétique pour éradiquer les mauvaises odeurs, Cafetière d’inspiration tube en verre de labo – que j’ai adoré – , vase nu , bougeoir déstructuré sur lequel trône une bougie impeccable,  »  tray »  ou « siniya  » si vous préférez  pour la modique somme de :120$ , je devine aisément votre fou rire et je le partage  .  
 Des mags /bague ou mag/bijou  ,  un sac /clavier que je trouve hideux et d’autres articles que l’on classera dans la lignée de l’extravagance anodine…
Le mot est lâché donc car l’opération shopping dans ces endroits  se veut surtout désintéressée ,pas vitale et nous touchons la le propre de »la branchitude » .
Pourquoi la faire alors?  
Pour meubler nos longues soirées d’hiver en bavardages « savants » rien ne me semble plus chic  que de parler de notre shopping au MOMA. Cheers. 

 
5 Commentaires

Publié par le 27 mars 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , , ,

News mode …


la maison Chanel dévoile cette semaine a Tokyo le livre The Little Black Jacket, voué à la pièce culte du dressing de Miss Coco..

C’est fou tout ce qu’une petite veste noire peut dire. Surtout lors­que son intérieur est doublé de soie, son ourlet plombé d’une chaînette et qu’il est écrit Chanel sur son étiquette.
On pense alors que le modèle phare de la maison de la rue Cambon, pierre angulaire du vestiaire Chanel à partir des années 1950, avait déjà tout dit. Eh bien non. Karl Lagerfeld multiplie en 2012 toutes les pistes d’interprétations.

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 mars 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , ,