RSS

Archives de Tag: Paris/Alger

Je vous dérange?

C’est la vie.
C’est une grande ville.
Il y a un homme.
Il y a une femme.
Il y a deux « keyboard »
C’est le soir chez l’un d’eux.
C’est la grande banalité des bavardages d’été.
Une parole lâchée,c’est aussi un sermon

Je ne sais pas ce que c’est qu’écrire mais j’ai appris et ce depuis cinquante ans a parler et dans la foulée avaler plusieurs langues. J’abuse de figures de style, d’ellipses, des nuances et des « re-departs ». J’avoue avoir réussi pas mal de pirouettes,comme ça a l’instinct. J’en fais même un genre .
Un homme ajuste ses lunettes devant son écran d’ordinateur.
Une femme est la, devant, penchée sur son « Aie-phone ».Elle fait genre,tres intéressée par l’échange de voix et ponctue ses phrases par des onomatopées aiguës.

On ne voit que ses cheveux.

– Je t’avais dit que je passerai te prendre.
– j ‘ai une grippe. Je ne contrôle pas mes paupières, beaucoup de mal a les garder ouverts. j’ai reçu ton message en retard.
– Montre moi tes paupières.
-Heu, valaaaaaaa.
-Tu lis quoi en ce moment?
– C’est l’heure du crépuscule,par ici…j’hésite a allumer la lumière,il fait si doux.
– Pas trop le temps pour les pauses lectures .C’est une période assez chargée.je lis beaucoup de trucs copiés par mes étudiants sur internet. Faudrait penser a soulager tes yeux,mets un peu de lumière.
Rire.
– Autrement dit, tu écris un chapitre a la Zola…Du réalisme au réveil,a midi et a l’heure du coucher,en sommes.
– Toi,tu lis quoi?
– Je switch entre Marguerite Duras et un autre écrivain British,Une lecture croisée.
-Et Modiano alors?
– Heu,Modiano? Trop beau,trop précis voire pointilleux. il écrit a la manière d’une broderie ancienne avec un fil très serré, Je ne sais pas si tu vois cela?.
– Tu as donc lu son dernier ouvrage?
– J’y reviens de temps a autre comme on le fait avec un ancien album de photos de famille. Je crois te l’avoir deja dit, je commence par les premiers. J’y vais par ordre chronologique. Envie de le connaitre comme dans la vraie vie,depuis le début.

Et c’est la que l’histoire commence…
                                       kou

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 mai 2015 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , , , ,

Les chapelets enroués…

     

Assia Djebar

« ensemencée par les sons et les rythmes de l’origine (…). Oui, ma langue d’écriture s’ouvre au différent, s’allège des interdits paroxystiques, s’étire pour ne paraître qu’une simple natte au dehors, parfilée de silence et de plénitude » Assia Djebar.

Elle les faisait défiler au grès des pages en retenant sa respiration…Sa pudeur était palpable au mal qu’elle avait a prononcer ces noms aux consonances de jasmin et sur lesquels sa langue butait..Sa respiration ne manquait  pas de s’arrêter net au détours de la première syllabe et les voyelles n’offraient jamais ces plages de douce musicalité…la voie et avec elle les voix s’enrouaient.
En langage romanesque cela donnait des héroïnes- princesses aux odeurs de musc,des notes d’ambre se faufilant le long des confusions féminines . Elle hésitait toujours a confesser les râle aux profondeurs rauques des « Re-kia »,des » Na–djia » et de ces autres » Ai-cha » qui peuplaient les nuits  tâtonnantes des vielles ruelles de la Casbah . Comment une femme, Algérienne de surcroît,pourrait- elle raconter les moments de grâce sans déflorer les sermons des vierges aux corps scellés…
Il aurait fallut pour cela,ouvrir jusqu’aux dernières portes des mausolées de ce monde ,il aurait fallut réunir les braseros de la terre entière afin d’y brûler,ce soir,la,tout de suite et avant qu’il ne soit trop tard , tout le saoul des décolletés haletants. La page n’est plus la page et l’encre sombre se livre au chuchotement confus,celui de derrière les longs voilages qui laissera échapper jusqu’aux ultimes et dernières gouttes de chasteté..Qu’importe alors si l’auteur n’est plus l’auteur et qu’importe si l’auteur redevienne toutes ses héroïnes a la fois car ce pèlerinage vaut les infractions irréparables.Elle est écrivain ,donc, jamais plus semblable a toutes les autres femmes d’Alger dans leur appartements…Elle est écrivain et s’appelle A-ssia avec une voyelle  raisonnée qu’elle réussira pourtant a faire dresser comme une vibration devant les récits tues et restés longtemps interdits.

Billet écrit en hommage a l’écrivaine Algérienne,Assia Djebarr.
03/23/2014.

 
4 Commentaires

Publié par le 23 mars 2014 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , , , ,