RSS

Les chapelets enroués…

23 Mar

     

Assia Djebar

« ensemencée par les sons et les rythmes de l’origine (…). Oui, ma langue d’écriture s’ouvre au différent, s’allège des interdits paroxystiques, s’étire pour ne paraître qu’une simple natte au dehors, parfilée de silence et de plénitude » Assia Djebar.

Elle les faisait défiler au grès des pages en retenant sa respiration…Sa pudeur était palpable au mal qu’elle avait a prononcer ces noms aux consonances de jasmin et sur lesquels sa langue butait..Sa respiration ne manquait  pas de s’arrêter net au détours de la première syllabe et les voyelles n’offraient jamais ces plages de douce musicalité…la voie et avec elle les voix s’enrouaient.
En langage romanesque cela donnait des héroïnes- princesses aux odeurs de musc,des notes d’ambre se faufilant le long des confusions féminines . Elle hésitait toujours a confesser les râle aux profondeurs rauques des « Re-kia »,des » Na–djia » et de ces autres » Ai-cha » qui peuplaient les nuits  tâtonnantes des vielles ruelles de la Casbah . Comment une femme, Algérienne de surcroît,pourrait- elle raconter les moments de grâce sans déflorer les sermons des vierges aux corps scellés…
Il aurait fallut pour cela,ouvrir jusqu’aux dernières portes des mausolées de ce monde ,il aurait fallut réunir les braseros de la terre entière afin d’y brûler,ce soir,la,tout de suite et avant qu’il ne soit trop tard , tout le saoul des décolletés haletants. La page n’est plus la page et l’encre sombre se livre au chuchotement confus,celui de derrière les longs voilages qui laissera échapper jusqu’aux ultimes et dernières gouttes de chasteté..Qu’importe alors si l’auteur n’est plus l’auteur et qu’importe si l’auteur redevienne toutes ses héroïnes a la fois car ce pèlerinage vaut les infractions irréparables.Elle est écrivain ,donc, jamais plus semblable a toutes les autres femmes d’Alger dans leur appartements…Elle est écrivain et s’appelle A-ssia avec une voyelle  raisonnée qu’elle réussira pourtant a faire dresser comme une vibration devant les récits tues et restés longtemps interdits.

Billet écrit en hommage a l’écrivaine Algérienne,Assia Djebarr.
03/23/2014.

 
4 Commentaires

Publié par le 23 mars 2014 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , , , ,

4 réponses à “Les chapelets enroués…

  1. Djalila

    24 mars 2014 at 06:53

    Je continue à te lire avec plaisir Latifa même si on ne se rencontre plus sur la plateforme que tu connais si bien . Il se fait que le câlin du verbe unit même les personnes dont la manière de vivre ou de réfléchir désunit. Porte-toi bien toi et Lilli .

    J'aime

     
    • Jasmins de nuit

      24 mars 2014 at 07:34

      Hello Djalila..long time et particulièrement contente de te croiser sur ces pages.
      Les mots,ce collier magique que l’on porte et qui nous porte sur les rives intimes.cheers et Boussettes.

      J'aime

       
  2. karim

    24 mars 2014 at 04:24

    Hymne à la vois féminine…parole prise dans la solitude et transmise par signes aux grappes éparpillées mais qui forment dans l’inconscient collectif une conscience social pour peu qu’elles(ils pourquoi pas mais ça reste un lointain rêve). Le texte parle d’une force et d’une conviction sourde même en se faisant violence mais est-ce un accouchement , un avortement ou juste une noce que retiendra l’histoire?

    J'aime

     
    • Jasmins de nuit

      24 mars 2014 at 09:56

      Hello Karim,
      Une noce longtemps interdite au nom d’un tas de préjugés .Ton « il » ,et contrairement a toute attente ,en souffre et croule pratiquement sous les automatismes trompeurs.
      Cheers et merci de ton passage.

      J'aime

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :