RSS

Archives de Tag: Couple

Je ne peux rien dire…

FullSizeRender (67)       Qui des deux, la lumière ou l’été indien raconterait-il au mieux l’étincellement des arrières saisons?. Une question a laquelle tentait de répondre, le silence du matin si peu bavard de lui.
Prise a partie par ses mutismes en tiroirs, elle décida très vite d’éluder sa solitude. Étrange idée que celle de vouloir détricoter le vide, de s’y mesurer, de le fixer droit dans les yeux. Encore une de ses pensées farfelues car la solitude est tout sauf un regard partagé.
L’a t-il jamais aimé, du-moins selon ses perspectives très organisées?.
– Mais bien entendu qu’il est impératif d’accorder un rythme a nos vérités, enfin .
– Tu compliques les choses ma chérie, Essaye de te détendre, plutôt.
Ce serait donc cela un homme, une série de décontractions maladroites , une proposition physique du vaste subjectif pour ne pas dire un regard raide très plongeant.
– Tu n’as même pas ouvert ton paquet. La relançait-il mi- taquin  mi- boudeur.
Il ne la quittait pas des yeux, en bras de chemise, la cravate desserrée, sa barbe de la veille lui donnait des airs d’adolescent joueur. Elle nota avec satisfaction que le papier d’emballage etait recyclable avant de découvrir l’écrin en velours bleu nuit.
Le souffle court,elle fit délicatement glisser l’incroyable pochette du vinyle 33 tours qui s’avère être un collector du débuts des sixties.
– C’est une folie. Cette chose est juste un incroyable bluff.  Mais, enfin, ou as tu trouvé cette merveille ?
– J’ai parlé a « my people » en pensant que cela te ferait plaisir. Répondit-il un brin cabochard.
– C’est FA. DE. LA . Un collector de Fadela . Ça doit coûter une fortune.
– Écoutons, plutôt, ton disque, hein, ma chérie.
Mettre en musique une vie de frontières, c’était l’ultime combat de ce mi- Dieu mi-Corsaire. Qu’a t-il offert en échange de cet inestimable objet et qui se cache derrière son sonore « My people » qu’il évoquait souvent pour ne pas donner de précisions sur ses innombrables vols long courrier?.
Et puis, il y’avait l’agenda sur lequel il surlignait  trop fréquemment une géographie friable.  L’Afghanistan, Jérusalem, Moscou , l’Iran, le Yémen, Jalal Abad, autant parler de volcan improbable, de magma politico/militairo/financier très controversé, coupable trop souvent de bien des malheurs.
– Tu as promis de me faire confiance.
Annotation personnelle ,
Ses yeux cherchaient inlassablement un démentit. Elle qui n’avait pas l’habitude d’emprunter les chemins les plus simples, s’accommoderait ce soir, des pirouettes d’un jeune homme, a peine plus vieux que 50 ans qui cultivait avec un plaisir évident le gout pour la fable.
La gravure,
Le cadre reposait sur un principe relativement simple: Un homme rencontre une femme ou une femme prend la peine de regarder un homme. Peu importe les définitions , ce qui comptait c’était le soins porté aux premiers instants. ceux avant d’initier la pensée , de pénétrer l’anti-chambre,  d’apprivoiser les intériorités. La gageure étant celle de faire entendre les voix divergentes afin de neutraliser les tourbillons multiples.
Une vie a deux dépendra souvent de la texture des cordes vocales, de leur capacité a évoluer dans les nuances et  jouer la partition a quatre mains .
– As tu parlé de notre ami?
-Je crains qu’il ne s’agisse d’un grand et inextricable incident international.
– Des allégations, c’est une somme d’allégations recueillie auprès du chauffeur personnel de son épouse.
– Tu noteras que c’est le chauffeur de l’ambassade, en premier lieu.
– Supposons que ce soit vrai, que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre .
– Fréquenter un diplomate Français de haut rang quand on est l’épouse de l’ambassadeur d’Algérie aux Etats Unis  n’est pas une erreur mais une déclaration de guerre .
– C’est un guet-apens. Il y’ a a parier que tout cela ait  été concocté dans les cabinets noirs pour  le castrer professionnellement . Il avait subjugué le tout New York. Rappelle-toi, on fulminait, a l’epoque, du coté de Rabat.
Quelque chose d’expressionniste se jouait dans cette pièce,il y avait de l’intelligence et de la féerie dans la manière de surnager  la petitesse humaine. Il y ‘avait une éblouissante capacité a transmettre de nouvelles conception du temps.– Cela reste jouable a condition que l’on s’arme de patience, d’une infinie patience. Ton thé a refroidi, je vais réchauffer  ta tasse.                                               En attendant la chute,
Sa lutte discrète  pour le jeune diplomate est un combat romanesque et révolutionnaire.Elle est tellement peu de ce monde.
Et après?
Apres il fut question d’autres chose.

 
2 Commentaires

Publié par le 24 octobre 2015 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , ,

A la Shéhérazade renversée…

 Photo :Lydia Chebbine

Elle lui racontait pendant des nuits entières ce qu’il fallait de silence pour que la parole respire, se tisse de sens, laisse place à l’autre. 
Les mots tournoyaient et se poursuivaient en dévalant les rues par les journées de printemps. Le monde, avec ses mots paraissait évident presque a portée de la main . 
Il y a 20 ans qu’elle lui parle mais il y a 20 ans qu’il s’obstine a faire la sourde oreille…c’est un choix exigeant que celui qu’il fait de se fondre dans une composition d’incompréhension foisonnante et désordonnée … 
Il entretient de manière carrément irrationnel une communication de l’ordre zéro.
Tout est dit dans cette simple forme d’imprécision lexicale , dans le délice du déni et dans ses mains qui se replient a ceci prés que ça ne peut être qu’ une jubilation de l’intelligence.

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 avril 2013 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , , ,

Polaroid…

 Neuf heure du matin ,une journee commence….A priori il n’y a pas une grande difference: se réveiller,mettre la radio, prendre une douche,vérifier le courrier, s’habiller ,monter dans la voiture,faire attention au feu ….Non il n’y a aucun revirement jusqu’au moment ou je pousse la porte du nouveau café du centre ville « Paul » .
la ville apparaît un cran en dessous et c’est week-end,du moins pour moi..Et puis il y a du soleil et le soleil c’est cadeau…


Café noir,viennoiseries,cliquetis des cuillères dans les tasses… le fleuve Potomac n’est pas loin et les fleuves sont toujours porteur d’histoires surprenantes .
 Elle est arrivée très en retard,un peu essoufflée, des cheveux blonds très courts,plutôt jeune,une robe portefeuille en lin et des sandales hautes en cuir naturel…elle sort deux téléphones portables de son grand sac ainsi qu’un Ipad Elle se laisse tomber sur la chaise non sans se confondre en excuses.
Il ne répond pas et se contente de faire signe à la serveuse… Ils se regardent et commencent a manger en silence.
Lui, la quarantaine largement entamée,cheveux grisonnants et une peau hâlée par le soleil . Ses gestes sont précis et une certaine élégance dans sa manière de couper le croissant.

je redemande un thé cette fois en plus d’un assortiment de macarons et me laisse aller au mode de l’atelier intime  devant ce chapitre inédit et délectable qui se joue a deux.
j’opte pour un angle ample,généreux et plein de grains qui fait lever en moi un infini de visages,de gestes et de voix…
La littérature permet l’exagération et c’est tant mieux car cela m’évitera de me brouiller avec ma journée.

 
2 Commentaires

Publié par le 17 mai 2012 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,