RSS

New York au lointain parfum d’Algerie…

21 Avr

New York, Soho 18h30 et  » Spring  street » s’étire langoureusement sous  les  caresses des derniers rayons du  soleil….le printemps était doublement au rendez-vous et nous comptions Lydia et moi en profiter ..
Nous poussons, au bout d’une heure de  ballade dans le quartier ,non sans un certain plaisir la porte du Restaurant -bistrot  » Balthazar » et  New York s’éclipse discrètement pour laisser place a Paris  :
 Les immenses glaces accrochées  aux murs ,les tables pour deux personnes ,très bistrots années 30, le coin  pain frais, la cave a  vin sur les murs, les serveurs avec leurs longs tabliers noirs, les menus imprimés avec ce caractère très frenchi aux titres alléchants…les banquettes dans le fond de la salle et les serveurs aux petits soins -la c’est décidément la seule note Américaine .lol -. nous transportent dans une espèce de voyage hors temps et hors géographie.
Mes voisins de table a gauches parlaient un anglais au fort accent  British et ceux de droite, une famille avec   3 grands enfants , conversaient dans une langue que je ne connaissais pas. Des touristes sûrement vu que la maman  portait un collier en perle et  un  lourd  bracelet  en or  …Non pas que les Américaines ne sont pas chics mais il n’était que 18h30 tout de même…
 A deux reprises on vient me demander si je voulais changer de table vu que nous étions un chouia a l’étroit…Avant de passer commande un monsieur très distingué dans son costume bleu nuit s’approche de notre table pour vérifier pour la énième fois si tout allait bien . le reste  du dîner se déroulait  plutôt  agréablement   et  Lydia me parlait  par  menu détails de  sa vie estudiantine au milieu des cliquetis des couverts et des effluves délicats  qui nous parvenaient des assiettes…Vient le moment de se poudrer le nez et de  passer au cabinet  d’aisance – J’essaye d’adapter mon vocabulaire au décors ambiant .lol
 Je descends donc  les escaliers en bois sombre et cossu et je tombe sur deux « molosses » en habits noirs entrain de pester sur les clients et déplorant le cote pingre de certains, le tout était dit en français a l’accent Africain….Monsieur et Madame « pipi » se ressaisissent et tentent de reprendre figure accueillante…A la sortie je fais remarquer a la Dame- qui semblait réclamer son  – que ce n’était pas agréable de l’entendre descendre ainsi et avec tant de  véhémence les clients dont je fais partie ..Elle me lance en guise de réponse un regard foudroyant et se retient péniblement de m’en envoyer une..lol.. Sur ce je cours retrouver refuge auprès de Lydia dans la salle en haut et faire le plein de son sourire radieux…
Le dessert s’avère au dessus de toute attente et signe ainsi le caractère très convivial et tre pro du restaurant  .
Après avoir réglé la note, le Monsieur au costume foncé  et au grain de beauté au coin de la lèvre ,revient nous voir arborant un  sourire radieux  et nous prie de revenir au Balthazar soon …
je découvre que le dessert est offert par la maison et par la même  que »Kouider » le monsieur au costume sombre,  était un Algérien de ‘France » ,installé  a New York depuis 98…et bla,bla,bla…Kouider scelle nos origines communes  avec un « Hamdoullah » prononcé  a L’Algérienne et je promis de revenir « soon » avec ma fille a la rue du printemps goûter encore une fois aux délices du Blatahazar » au lointain  parfum d’Algérie…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 
5 Commentaires

Publié par le 21 avril 2012 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , , , , ,

5 réponses à “New York au lointain parfum d’Algerie…

  1. Anonyme

    21 avril 2012 at 20:35

    On ne peut pas parler de perte de patrie car elle est dans le cœur où qu’on aille…
    comment vous le dites si bien elle(la patrie) est dans chacune de nos rencontres
    y a pas deux patries Latifa; elle est unique et éternelle, Elle se moque de la géographie et du temps: c’est une chance que la chose soit ainsi!
    faut pas te fier au racontars…surtout pas au ragots des journalistes politiques intéressés!

    J'aime

     
  2. Anonyme

    21 avril 2012 at 12:59

     
    • Aznel

      28 février 2013 at 08:47

      not sure about the stardand grill (correction about the stardand). you know all the rumors about the fact that you have to be ultra hip to go there!! anyway, love the mercer, balthazar. i think i saw peels in nymagazine. but oh those breakfasts will give you the energy you need to walk for hours, and this is what you need in NYC. looks fabulous, and the coffees are to die for indeed. i was you typical tourist: need starbucks

      J'aime

       
  3. Anonyme

    21 avril 2012 at 12:58

    Balthazar (roi mage), nom traditionnel d’un des rois mages, célébré à la date du 6 janvier, jour de l’Épiphanie1. Il représente l’Afrique2.
    Balthazar, également un personnage de l’Ancien Testament, roi de Babylone qui apparaît dans le Livre de Daniel.
    Balthazar de Torres (°1563 – †1626), bienheureux, espagnol né à Grenade, un des 87 martyrs de la grande persécution à Nagasaki au Japon ; fêté le 20 juin3.

    Balthazar, bouteille en verre faite pour contenir l’équivalent de 16 bouteilles de 75 cl soit 12 l.
    Balthazar ange et/ou démon au cinéma ou à la télévision personnage de fiction en littérature mais son histoire avec Dame « pipi » puncheuse qui ferait peur à l’auteure de ses lignes assez droites et avocates des clients comme elle est une surprise assez savoureuse à lire: des détails assez truculents sur un intérieur de bistrot comme de fines observations que ferait une pro de la décoration: le « clou » du texte reste tout de même la remarque de ce grain de beauté au coin de la lèvre! Mais c’est vrai que Balthazar fait rêver d’un lieu qui efface les frontières entre l’amérique et la france et comble de la prouesse: c’est d’y trouver des traces et des odeurs algériennes à ce Balthazar…

    J'aime

     
    • Jasmins de nuit

      21 avril 2012 at 18:01

      Lol….Le grain de beauté est un autre signe d’appartenance …il se trouve que j’ai le même…pour le reste c’est vrai que c’était assez cocasse comme pause dans la rue du printemps.Récit romanesque ou instantanés du quotidien , les rencontres des lieux et des etres pourront-ils pallier a la perte de la patrie?

      J'aime

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :