RSS

Archives Mensuelles: novembre 2013

Image

D’éblouissement et de prière…

D’éblouissement et de prière...

La scène s’ouvre sur une toile qui raconterait les saisons flottantes…des saisons solubles dans nos histoires de bouches et d’intimité.
Il arrive que des villes entières nous habitent depuis le premier  jour ,nous parlons ici d’une sorte de nomadisme architectural qui tour a tour dévoile nos âmes et déroule nos rêves les plus intenses au point de voir danser au loin des minarets puis des clochers.
Cela fait des siècles qu’elle se tenait la.
Debout devant ce tableau.
Le lyrisme visuel éclate a ses pieds en arrondi de dalles,en courbes pleines et en ces autres brisées franchissant des arcs qui a leur tours dévoilaient des chemins insoupçonnés finissant sur le seuil de Babylone,toute en eau.
Des compositions foisonnantes de portes,d’alettes,de moucharabiehs,d’opus de colonnes ,de meurtrières de voûtes et d’arcatures ornaient la place… elle accélère le mouvement pour emprunter une enfilade  d’arcades et se laisse aller au charme des variations de tempo des ornements de peinture, sculpture, gravure, mosaïque répétant a l’infini les motifs évoquant les lumières.
le trait pur,ample, fin ,précis et plein de grain fait lever en elle un infini torrent de visages,de gestes et de voix.
Faut il voir dans cette naissance fragile de l’aube un signe du destin ?
Sa ville est en soie.
Sa ville est en eau.
Venise est à portée de main.
La ville qu’elle a coutume de traverser durant ses nuits fiévreuses s’ouvre sur des passages initiatiques ,s’ouvre sur des atmosphères argentées ,s’ouvre sur tous les jardins du désirs
comme une ultime et dernière prière.
Il y a un endroit dans cette ville ou le soleil se lève avec les palpitations dorées et au delà il n’y a plus rien.
Un moment d’éblouissement humain.

Aqua Alta.
Tableau de l’Artiste Peintre Algerien,Hocine Ziani.

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 novembre 2013 dans A pile et face, Arts Visuels

 

Étiquettes : , , , , , ,

Une lignée de femmes a la fenêtre…

Il disait que le sac des femmes le fascinait car on y mêlait les choses précieuses aux choses futiles. 
Il disait encore que son boulot c’est écouter Le goût des autres. 
Il disait toujours « c’était mieux avant » et avait cette façon de bouger le corps,d’ajuster la tonalité d’un tableau avec… rien.
Il est brillant. 
Il est troublant de clairvoyance et de noirceur et la chronique permet l’exagération de tout cela.
L’histoire,toute l’histoire commence par une caresse,par une magie qui s’impose. 
C’est donc votre éclat que je salue sur le seuil des villes que j’ai coutume de traverser de toute part a la recherche de ceux dont les yeux pensifs contemplaient la vie.
Et justement il en faisait partie et justement il en était l’incarnation.
Vous n’en pouvez plus de promener ces deux mondes ,l’un dans la tête et l’autre dans les rues…Ce n’est pourtant pas faute d’avoir porter la mélodie jusqu’au bout.
En effet c’est l’histoire de ceux que l’on porte a l’intérieur de nous de façon intense,de façon irréversible… 
Une lignée de femmes a la fenêtre,le visage collé a la vitre..L’heure est aux connotations troubles et colorées.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 novembre 2013 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , ,

Image

Palpitations en Noir et Blanc…

Palpitations en Noir et Blanc.Photo de Lydia Chebbine.

Entre deux désirs…
Nous avons longtemps rêvé devant les pages blanches, devant les villes invisibles,devant la pénombre de nos vies..
l’intime a ses moments de prédilection et c’est devant les valises qui débordent,qu’il retrouve son lyrisme…
Il n’y a pas mieux que les valises des voyageurs pour raconter les palpitations disait le Baladin…
Non,il n’y a pas mieux que les maisons pour raconter l’ultime moment de l’ivresse des espérances, répondaient les dunes qui couraient le soleil..
Des dunes qui rêvent de maison…
C’est en fait, l’histoire de ces maisons ouvertes sur les équilibres fragiles que l’on a vu prendre le large pour mieux défier les certitudes…
La vie est un immense casino et tous les jeux sont permis pourvu qu’ils donnent le bla,bla,bla …
A l’aube d’une Vie ,a l’entre deux désirs,Dieu se tenait parfois la ,entre deux grains de sable…l’un noir et l’autre blanc.
L.K

Photo de Lydia Chebbine.

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 novembre 2013 dans A pile et face

 

Ceux qui venaient de loin…

Ceux qui venaient de loin…

07:45 ,Canal Street peinait a garder ses yeux ouverts sous le poids des épaisses couches de brumes qui ourlaient le ciel  encore trop noir et encore trop bas en ce matin de novembre, automnal.
les conducteurs New-yorkais désespéraient devant les annonces de bouchons et rien ne dissipaient leur malaise ,ni les gobelets de café trop chauds ni les bulletins de meteo , a peine, enthousiastes que déversaient les stations de radios locales.
la longue rivière de lumière artificielle que composaient les phares des voitures collées les unes aux autres, coulaient pratiquement sous le trop plein de pluie serrée et lourdement soutenue par les grondements du fleuve Hudson…
Au fil des minutes,la ville se liquéfiait et avec elle disparaissaient les grattes ciel…
Une  jeune étudiante en critique d’art, tend machinalement la main vers son Ipad, déposé sur le siège  d’à côté, et fait défiler les pages de son exposé en attendant patiemment le passage des feux au vert…
Les pages électroniques sentant les oasis et les colliers d’ambres prirent de cours le lyrisme hivernal de ce début de journee et amorcèrent au quart de tour ,le voyage fulgurant vers les espaces infinis du…
« la-bas ».
Et Dieu seul sait comme c’est grand « la-ba » avec ses dunes infinies.

Arrêt sur image:
voyons ,voyons nous avions une jeunes Américaine qui venait de très loin, d’Algérie précisément ,se noyant dans ses pensées et dans sa voiture par une matinée automnal qui avait du mal a s’extraire de la nuit, quelque part sur canal Street a New York city ..

le songe du désert:
La reine Tin hinan ,l’ancêtre des Touaregs, a quelques brassées d’années en arrière , commençait le rituel de sa toilette matinale en presence de sa fidele servante Takamat dans le désert des déserts en plein cœur d’Abalessa dans le grand Hoggar d’Algerie.
La reine bougeait son émouvante silhouette suivant les mouvements lestes et précis de la servante qui laissa glisser le long du corps mince et gracile la robe de riche soie composée de deux étoffes d’un dégradé de bleu aérien.
Et la couleur azure reflétait a merveille la mer profonde qui s’était glissée dans les yeux de l’aïeule royale, il y a de cela 17 siècles …
la longue et épaisse chevelure tressée fut serrée sous un lourd bijoux en Argent qui rappelait les tons de l’imposant collier qui lui tombait sur la poitrine .Takamat fait glisser,par la suite, avec douceur deux bracelets sur le poignet gauche de sa reine et un autre sur celui de droite.
Le peintre racontera ,par la suite,le pari fou de cette reine, que la légende voulait, éprise de liberté et qui courait les dunes a dos de chamelle blanche a la rencontre des levers de soleil…
La métaphore prend corps et le pinceau parlera longuement de la reine mère dont le nom en tamachek veut dire « celle qui vient de loin. »

De l’Amérique a Alger…
Il faudra attendre le vingtième siècle et le moment ou deux archéologues, dont l’un était Américain , entrèrent dans une immense nécropole et découvrirent la sépulture de la reine du désert morte.
Elle était jeune,
Elle était belle,
Elle avait fui le nord du pays berbère pour parcourir le désert des déserts et aller encore plus loin que les légendes .
Le peintre fut alerté de l’histoire ainsi que notre jeune étudiante New-yorkaise a quelques intervalles espace-temps, a une légende et a un rêve prés.
Scène fictive ou réelle qu’importe puisqu’elle nous permet de continuer le pèlerinage ,de creuser les tonalités et de tracer le périple des âmes voyageuses…
Sur le chemin d’une vie ,il y a parfois l’occasion majuscule qui prend l’apparence de trois visages…
la Reine qui venait de loin , le Peintre deja bien loin et la jeune étudiante encore plus éloignée dans le lointain …
D’Abalessa a Alger,d’Alger a Strasbourg,de Strasbourg a New york,ils furent de toutes les partitions du voyage, de toutes les jubilations intelligentes comme une preuve de reconnaissance visible et lisible d’une Algérie qui n’a pas livré tous ses poèmes .
Femmes d’Alger dans vos appartement veuillez donner ce qu’il réclame a ce brave baladin …
veuillez lui rendre de l’émerveillement et des chapelets d’ambre autrefois retrouvés dans les fonds de malles de la reine d’Alabessa.
L.K.

[to be continued]

La reine Tin Hinan par l'Artiste Peintre Algerien Hocine Ziani.

La reine Tin Hinan par l’Artiste Peintre Algerien Hocine Ziani.

La reine Tin Hinan par l’Artiste Peintre Algerien Hocine Ziani.

 
2 Commentaires

Publié par le 9 novembre 2013 dans A pile et face, Arts Visuels

 

Étiquettes : , , , , , , , ,