RSS

Archives de Tag: Elle

l’intercis…

Elle aimait a évoquer l’histoire de cet homme que l’on aurait aperçu entre deux portes. Plongé dans la pénombre, il tenait de sa main ferme sa gorge.
La légende ne dira pas s’il essayait de retenir ses mots ou au contraire aidait a les libérer.
Elle était folle,un peu,beaucoup, prenait souvent des postures, n’apparaissait jamais sans un livre a la main et en oubliait souvent de se nourrir mais buvait des litres d’eau tiède. Absolument tiède, disait-elle avec un sourire.
Il choisit d’obtempérer voire de composer avec ses allusions pour faire sans cesse comme si car l’envie de construire l’emportait sur le reste. Il tendit la main et poussa les persiennes qui ouvraient sur la terrasse. Le jardin était ordonné,soigné et sentait tellement bon,peut être même que Dieu habitait dans chacune des fleurs.
-J’ai menti, ce n’est pas seulement que je voudrai rester a tes cotes mais je le veux tellement.

 
1 commentaire

Publié par le 18 août 2015 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , , , ,

Sur un ton caramel…

Il fait plutôt froid ,quoi de plus normal pour la saison me diriez vous,Oui mais il y a ce ciel gris aveugle et cette barre devant les yeux qui empêche de regarder et de penser…le bruit de la voiture de luxe qui s’enfonçait avec une facilité déconcertante dans le par-choc de la deuxième  voiture pourtant stationnée n’y fit rien et elle restait lointaine et absente…
L’allure très soignée ,les cheveux parfaitement coupes laissaient entrevoir un cou gracile et très fin.
Du manteau en laine bouillie blanche aux chaussures en daim couleur caramel ,tout était harmonie et bon goût…
Elle farfouille dans son sac ,en sort son bâton de rouge et réchauffe la couleur de ses lèvres pulpeuses sous l’œil ahuri du quidam, témoins de l’accident .
A ce stade des évènements il ne s’agirait plus de révéler un secret, mais de révéler qu’il y a secret.
Elle descendit de sa voiture sans un regard pour les vilaines  égratignures sur le flanc droit du véhicule .
Le mal être se décline en un geste furtif ,celui de serrer mécaniquement le col de son manteau autour du cou .
Elle se dirige d’un pas décidé vers the  » tea shop » en sort avec un paquet cadeau et s’engouffre dans cet autre salon  de thé a la mode…
Retirer élégamment ses gants en cuir de chèvre ,faire un signe discret au garçon de café et choisir d’un air détaché un chocolat chaud.. On appelle cela faire une image et s’assurer du silence de la pensée.
Elle décide de mettre l’autre comme spectateur…donner a voir des signes ,des traces,des mouvements…Elle avait besoin de toutes ces images pour ne pas se retourner ..
Elle cherchait a brouiller ce qu’elle a eu quelques heures auparavant entre ses mains…c’était tellement mieux avant quand elle n’avait pas besoin de dire « je me souviens ».
Avant , juste avant ,un message s’affichait fatalement sur l’écran du téléphone disant a peu prés ceci: -« J’ai adoré notre nuit et je pense a toi très fort. »
Et depuis elle se méfie des téléphones et encore plus des messages électroniques qui naissent dans la nuit et qui annoncent les départs fracassants…


 
7 Commentaires

Publié par le 7 novembre 2012 dans A pile et face

 

Étiquettes : , , , , , ,