RSS

Archives de Catégorie: Mode & Art de vivre

Top ten des Bûche de Noël 2012

Depuis le 12ème siècle, l’histoire de la bûche de Noël se nourrit des traditions. Symbole du foyer, réchauffant la maisonnée dans la rigueur de l’hiver, elle était traditionnellement coupée avant le lever du soleil, de préférence dans un vieil arbre fruitier, puis bénie par les plus anciens avant d’être brûlée.
Aucun instrument ne devait la toucher : il fallait donc l’entretenir à mains nues ! Sa taille, la plus importante possible, devait permettre de la laisser brûler pendant la veillée de Noël et le réveillon, dans l’âtre de la cheminée familiale. Les cendres étaient récupérées pour préserver de tous les fléaux menaçant potentiellement la maison.
L’histoire de la bûche de Noël ne s’arrête pas là : les celtes la célébraient en l’honneur du solstice d’hiver ; les chrétiens associèrent la bûche dans l’âtre représentait l’étable où Jésus était né ; et d’autres, plus superstitieux, confiaient à la bûche la protection de leur maison contre le malheur et les mauvais sorts. Il y a même une version qui raconte que l’on mettait autant de bûche à brûler que d’habitants dans la maison, et que sa façon de brûler annonçait les gros événements de l’année.
Le 19ème siècle arriva avec ses gros poêles en fonte, et l’histoire de la bûche de Noël prit un tournant plus décoratif… On plaça alors une bûche en bois plus petite au centre des tables, rehaussée de bougie et de décorations.

Les gourmands ont prit le relais !
Aujourd’hui, la bûche a pris ses lettres de noblesse dans nos assiettes, sous la forme d’une délicieuse pâtisserie que l’on connaît bien ! Un certain pâtissier l’inventa en 1945, et depuis elle trône au dessert et ce n’est pas demain qu’elle cédera sa place.


 
Poster un commentaire

Publié par le 2 décembre 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , ,

Vidéo

Constellation Giorgio Armani printemps-été 2013 .

Si je devais revenir dans une autre vie ,c’est dans la peau de Giorgio Armani que je me réincarnerai. C’est comme cela ou rien.lol …
C’est donc dans une ambiance de poudre d’etoile que Giorgio déroule la collection printemps-été 2013 .
Des silhouette androgynes en slippers à fines rayures dorées, ou en ballerines couleur argent à lanière autour de la cheville arpentaient le runway du bout de de leurs chaussures pointues.
les superpositions,le mix- and -match semblent avoir de long jours devant eux avec les tuniques droites qui se se portent sur les pantalons courts et les tailleurs quasiment tous dépareillés. Le tout coupé
dans de la soie et de l’organza, pour une collection très soir.
la collection aurait pu être déclinée en total grey. Les premiers passages le laissaient présager. Mais d’autres couleurs sont venues l’égayer comme le noir, le turquoise, le jade, le bleu clair et le blanc. Le bleu nuit, pour le soir, est réveillé par un imprimé cosmique.
Un detail cependant :
les perles et autres cristaux qui viennent orner les robes du soir. Majestueux.
Collection 2013 inedite dites-vous ? le créateur pioche dans l’univers masculin. Il récupère des bretelles, que l’on croise à l’avant, sous une veste lilas, bleu ciel et rose saumon.
Il opte aussi pour une bretelle unique, portée en travers de la silhouette et attachée à une ceinture large à nœud.
Verdict:
A la fois , délicieux, décontracté et sans effort ,j’ai nommé le Sieur Giorgio Armani.

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 septembre 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , , ,

Une histoire de makrout et de beaucoup d’affinité…

C’est  l’histoire d’un voyage ds le temps et ds l’espace , une question de vouloir et même excessivement vouloir sauter d’une île a une autre dans l’espace méditerranéens .

Flash back:
la nouvelle est insolite et tellement » fun  » pour nous autres Algériennes :  Pour son édition 2013, le Petit Robert fait de la place à plusieurs définitions nouvelle génération dont « le makrout » ou « makroud ». Makrout donc selon le petit Robert est :   » Pâtisserie du Maghreb adulée en Algérie, Tunisie notamment, se compose de semoule de blé dur, et d’un coeur de pâte de dattes, parfois de figues ou d’amandes, recouverte d’un sirop de sucre et de citrons. « 
Le voyage est tout annoncé  et notre histoire de bouche se voulait aussi  surtout une histoire d’intimité et de soleil . « L’atelier cuisine des Algeriennes a Washington DC »  a  donc vu le jour en déclinant l’authentique recette du « Makroud el koucha » ou Makrout « ainek Mizanek » pour les connaisseuses.lol.

Séquences instantanées:
le beurre ,l’eau de fleur d’oranger,les dattes en pâte et le fameux et indispensable « Taba3 », ce sont la les notes de notre symphonie Algérienne .. C’est en croisant  les  fous rires , les anecdotes puisées dans le vécu de ces femmes pétillantes  que l’on réinvente El Djazair  a coup de losanges aux dattes trempés dans du miel chaud parfumé au « mazzhar » et c’est beau et c’est tellement bon. Cheers.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


 

 
2 Commentaires

Publié par le 31 août 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Vidéo

Saha Eidkoum

Mes meilleurs voeux a l’occasion de Eid El fitr. De la joie de l’harmonie et de la douceur ,c’est ce que je souhaite en ce jour de fete a chacun et chacune de vous. God bless.

 
3 Commentaires

Publié par le 19 août 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , ,

Vidéo

« Le luxe a l’etat pur » est un label Berluti

Pour sa collection 2013 la célèbre maison Berluti, de souliers et d’articles de maroquinerie de luxe exclusivement masculins a transformé les Jardins du Palais Royal en un jardin privé ou des hommes très années 50 se livrent dans de délicats tableaux vivants
Une mise en scène grandiose d’Alexandre de Betak et des image inedites comme celle des derbies disposées en un magnifique arc en ciel sur la Pelouse interdite ou cette autre de mannequins de tous âges qui se baladent dans les jardins et enfin des souliers en cuir cachés dans les haies.
Du luxe à l’état pur et c’est du Berluti.

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 juillet 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , , ,

Gaultier 2013 ou la Confusion des genres…

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Référence aux années 1920 chez Gaultier collection  2013 ,une époque où les hommes travestissaient leurs apparences dans des clubs où se côtoyaient  le tout Paris  .

Confusion des genres donc , plusieurs hommes s’immiscent   comme souvent chez Gaultier, dans ce défilé de haute couture, un artisanat par définition féminin …les mannequins  paraissent plutôt costumés qu’habillés  ,fracs et hauts-de-forme , beaucoup de noir, de rigueur avec quelques explosions de couleur et de métal . 
le masculin-féminin,  une religion chez  Gaultier, est passé en revue en smoking  et en « jumpsuit » , Un runway  assez lugubre en somme qui relevait  plus du bal masque  que de la haute couture.
Les invites garderont  cependant en mémoire  le clin  d’oeil à l’affaire DSK, la silhouette intitulée « chambre 2806 » est une robe longue en velours noir sous les seins dont le buste est entièrement transparent sous un voile de mousseline.  .
De cette confusion des genres dira un spécialiste de la mode , ne demeure  au final que le mot confusion.

une robe longue en velours noir sous les seins dont le buste est entièrement transparent .

une tenue baptisée « chambre 2806 », en référence à la suite occupée par Dominique Strauss-Kahn   au Sofitel de New York et sa scandaleuse affaire .

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 juillet 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , ,

Des taqendurt de chez nous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La robe Kabyle n’a pas toujours eu la forme qu’elle a aujourd’hui, autrefois, on parlait de Taqendurt.

L’ancienne robe Kabyle été  taillée dans  de la  laine blanche tissée  en une seule pièce ouverte par une fente sur la poitrine. Les anciennes robes Kabyles n’avaient pas de manches, mais étaient assez  amples pour recouvrir les bras. La robe Kabyle était accompagnée  de ce qu’on appelait axellal, une sorte de manteau d’hiver qui protégeait la femme Kabyle du froid. Axellal n’était pas cousue, il était simplement accroché aux épaules et sur le devant par des fibules (Tabzimt). elles le rattachaient par  une ceinture   faite de laine et enroulé une dizaine de fois autour de la taille.
Au 20e siècle, le style vestimentaire de la femme Kabyle a connu beaucoup de changements, le tissu industriel de coton imprimé a remplacé la laine, la robe Kabyle est née.
Cousue à la machine à partir de plusieurs pièces à présent, elle peut  avoir des manches courtes ou longues comme elle peut être sans manches, Elle est fendue par devant et décorée sur le dos et le bas de la jupe avec des rubans qu’on appel Zigga.
Une partie du corsage nommé iciwi sert de poches aux femmes kabyles qui s’en servent pour cacher leurs économies.
La jupe est recouverte d’une fouta (lfoudha), un tissu multicolore (souvent noir, rouge et jaune) noué au niveau de la taille.
Les femmes Kabyles portent leurs plus belles robes en soie pour celles qui en ont les moyens les jours de mariages  accompagnées de bijoux Kabyles ,ultime signe de richesse.
Anes Tina
 
 PS:

Ce sujet a été  suggéré par mon amie Baya que je remercie vivement  .Voici ce qu’elle m’a envoyé  .
 -Coucou Latifa, je me suis dit que tu pourrais peut etre ajouter cette piece a la collection de tenues algeriennes? le texte est bien ecrit, riche et informatif.
bises et a bientot inchaallah .

 
11 Commentaires

Publié par le 18 juin 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , , , ,