RSS

Archives de Tag: femmes

Les Femmes qui lisent dans la peinture …

Les femmes lisent -elle plus que les hommes?

C‘est une lectrice encore plus redoutable et avisée que Stefan Bollmann et Laure Adler introduisent dans ce volume « les Femmes qui lisent sont de plus en plus dangereuses », tout en poursuivant l’exploration du thème de la lecture féminine et de sa représentation.
La lecture de romans, méprisée par les hommes et considérée par eux comme une perte de temps, commence à porter ses fruits pour les femmes.
Des siècles durant, leur addiction à la lecture a été blâmée parce qu’elle était considérée comme une activité désordonnée, manquant de discernement, les incitant à négliger d’abord leurs tâches domestiques, puis leurs devoirs publics: en d’autres termes, c’était une activité immorale, impudique et dépravée.
Les femmes qui lisaient non seulement se mettaient en danger, mais elles étaient dangereuses.
En réalité, par leur désir effréné de lecture, elles ont acquis une grande connaissance des hommes et une subtile intelligence de la vie.

Extraits de l’ouvrage :Les Femmes qui lisent sont dangereuses

Par Laure Adler &  Stefan Bollemann

                                 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 mars 2012 dans Arts Visuels

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Conte d’Algerie …

Préface des Contes des trois rives.Mourad Djebel .

 Mourad Djebel fait partie de ces nouvelles plumes algériennes qui restent profondément marquées par le chaos et la descente en enfer de l’Algérie dans les années 1990.
Comme beaucoup d’autres il a commencé à écrire en exil, avec de la douleur, de la rage et de la révolte, il a élaboré une écriture neuves, bouleversées mais virtuose.
« Ma génération est habitée par une révolte incommensurable, affirme Mourad Djebel, né en 1967, Nous sommes nés après l’indépendance et nous avons connu une sorte de dictature. Notre passage de l’adolescence à l’âge adulte a été ponctué par des explosions – celle des étudiants en 1986, celle de 1988, puis celle qu’on nomme « les événement ». Nous vivions alors la peur au ventre. » Mourad Djebel .

Pas la peine de crier.par Marie Richeux. France culture.16/03/2012

 
3 Commentaires

Publié par le 16 mars 2012 dans Litterrature

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,