RSS

Archives de Catégorie: Arts Visuels

les »possibles a voir ».

lacasbah Prologue,
Ceci n’est pas une lecture spécialisée mais une  évocation/ célébration de la Casbah d’Alger grâce et avec la toile de l’artiste peintre Algérien, Abderrahman Chaouane .

Chapitre Unique,
Ce n’est pas seulement un tableau mais plus encore. C’est une invitation a la déambulation dans un véritable  fouillis architectural ou chacun de nous y verra un élément du merveilleux.

Ce qui me fascine dans la peinture c’est justement la multiplicité des lectures et la ou nous  pensons tout connaitre d’une place, d’une rue, d’un paysage ou d’un visage, l’artiste viendra par petites touches déconstruire les clichés, les avis arrêtés mais surtout déclinera un nouvel éventail des « possibles a voir » et « des possibles a ressentir » .
 Que d’humilité dans cette univers accentuée par les taches de lumière . Une lumiere fragile, aérienne, presque timide qui met en scène paradoxalement une décrépitude  frontale et bien réelle.
L’espace pourrait disparaître d’une seconde a l’autre et c’est exactement ce dont il est question : L’éphémère.

 Cette casbah incontestable, véritable mémoire /réservoir de nos palpitations multiples ,  joue sa pérennité sur ce carré de toile puisque la force du tableau repose pour ainsi dire quasiment sur l’absence totale d’un socle réel.
Non, cette casbah ne repose sur rien si ce n’est la force de l’imaginaire sachant qu’elle tombera en ruine un jour ou l’autre si l’on ne fait rien pour maintenir ses fondations mais la c’est une autre paire de manches .
Merci a l’Artiste pour ce moment de tendresse bien réel, lui.

« Casbah » de l’artiste peintre Algerien Abderrahmane Chaouane.

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 mai 2016 dans Arts Visuels

 

Étiquettes : , ,

jouer la rencontre…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On le dit faire dans le  figuratif, certains pousseraient l’exercice savant jusqu’à  risquer pompeusement de « l’onirique » par moment et même du « métaphysique » en d’autres occasions. Lui, a l’ombre de ses fulgurances, en sourit, un soupçon  taquin.
l’artiste Algerien, Brahim Achir ne se lasse pas de déligner les ouvertures sur prunelles,  de creuser a même les pommettes favorisant l’effet lisse en polissant le nez avant d’inaugurer l’étoffé, l’ourlé,  le rebondi et revenir par petites touches charger les lèvres.
Achir décline une véritable dramaturgie visuelle et brouille a bout de pinceau la grammaire du feminin/masculin. L’artiste peintre s’offre ainsi le fantasme de tout les temps, attention malaise.
Il crée une véritable tension physique et re-croque le portrait, l’espace d’un délicieux jeu de superpositions chromatiques.
Le visage, dans sa quête de liberté, cristallise  toutes les contradictions de ce monde, se multiplie, se dédouble pour finir par triompher et magistralement.
l’artiste se meut a longueur de toiles en la femme qu’il n’a jamais cessé d’être et exulte ainsi des convenances optiques sexuées.
Brahim Achir le démiurge confesse les rencontres absolues et décalque le désir en mouvement.
Il est l’ange
Il est le démon
Il/elle ne font qu’une seule création qui triomphera des morts et désavouera les pitoyables.

Toiles de l’artiste Algerien  Brahim Achir.
http://www.brahimachir.it/

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 mai 2016 dans Arts Visuels

 

Étiquettes : , , , ,

Sur le bleu et sa grammaire…

aba

Le travail sur la lumière me touche particulièrement. Ce bleu aux respirations multiples travaillé en « feuilletage » est saisissant sans oublier l’aplat qui ourle magnifiquement les reliefs.
Il y’a du rythme et un mouvement très perceptible avec ce je ne sais quoi a l’arrêt. Peut être s’agit-il de notre souffle que l’on retient pour ne pas perturber le jeu des ombres qui glisseraient le long des murs.
Étincelante installation dirait le commun des regardeurs que je suis.
Jura bernois.Aquarelle 2016
Tableau de Nassereddine Abbassi.

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 mai 2016 dans Arts Visuels

 

Étiquettes : ,

« L’homme dans la lumiere ». Par Ziani.

tab

Il y a de ces coups  de cœur esthetiques que l’on ne peut expliquer par la justesse du trait ni celle de l’habilité a déconstruire les codes visuels. Hocine Ziani, l’artiste peintre Algérien nous invite exceptionnellement a escalader l’eceuil spirituel en pariant sur l’ingéniosité de l’humain a se projeter dans un monde de lumière. C’est dire la complexité de la tache et la démesure de l’artiste.
« l’homme dans la lumiere », une peinture a l’huile de lin 146×114 cm est un montage en superposition, une sculpture qui emprunte a la syntaxe du friable, de l’équivoque voire  de la controverse. La toile, oeuvre exposée en permanence a l’eglise d’Auenheim est un prologue sur nos contradictions spirituelles principalement nourries et savamment orchestrées par la laideur du tout religieux/idéologique.
Ziani cède a cet instant son identité artistique et pénètre de plein  » pinceau » dans l’arène de l’actualité en endossant consciemment le costume de lanceur d’alerte. C’est  egalement a ce titre que les artistes sont si nécessaires et ce depuis le premier jour.
Il trace , étoffe et sculpte une espèce de jeu de miroir qui nous renvoie non sans brutalité  a la tumulte ambiante puisque rien ne semble pouvoir contenir l’escalade fatale qui parle exclusivement et dans le chaos du triptyque Mohamed /Moise/ Jésus.
Les noms se bousculent , se succèdent , le danger persiste, gronde,s’amplifie et déborde en se calant sur l’acharnement dont fait preuve les différents protagonistes a s’exclurent méthodiquement les uns les autres.
La toile ouvre sur une silhouette incandescente, placée en contre plongée sur le sommet d’un cône/montagne mousseuse . l’aplat gradé suspendu en buée est taché de brun/ impuretés du monde.
L’artiste nous contraint a lever la tète incitant un effort certain de notre part,  faisant fi de notre pénibilité a se surélever des petitesses de la chose humaine.
la silhouette/prophète est de dos comme pour se démarquer des inscriptions de genre et de temporalité car il y va de la survivance de l’espèce humaine.
Nous sommes,ainsi, tous concernés par cette quête de l’impératif « vivre ensemble » . C’est en tout cas ce qui ressort de l’écriture picturale de Ziani.
« l’homme dans la lumiere » est un modelage de la sagesse et un plaidoyer a la faveur de la lucidité humaine qui finira par avoir raison des ruines qui guettent le progrès et l’intelligence.
Merci a Ziani de sa sollicitude et de son infinie générosité..

L’Homme dans la Lumière, par Ziani
Peinture à l’huile sur toile de lin, 146X114cm, 2014
Œuvre exposée en permanence à l’église d’Auenheim, Allemagne.

PS:
Perso je vois  aisément la silouette/prophete habillée en bleu mais la nous touchons a la  bizarrerie du regardeur. Cheers,

 
4 Commentaires

Publié par le 1 mai 2016 dans Arts Visuels

 

Étiquettes : , , , , ,

Vidéo

La modernité d’une figure.

 

L'emir Abdelkader Aldjazairi

« Mourez avant de mourir car c’est de la mort de l’égo, dont il est ici question, que renaît l’être spirituel » L’Emir Abdelkader Al Djazairi.                 Tableau de Hocine Ziani.

Synopsis
Quand son pays, l’Algérie fut envahi, cet homme bâtit un Etat.
Quand la barbarie se répandait, décimant les siens, cet homme répondit par l’humanité, la compassion et le droit.
Quand on lui promit la liberté en Orient, cet homme reçut la prison au Nord.
Quand on lui offrit un royaume, cet homme choisit la foi et la plume.
Quand certains faisaient de leur foi une haine meurtrière, cet homme fit de la sienne une main tendue.
Cet homme s’appelle Abd El Kader. Il est le fils de Mohiedine et le père de l’Algérie.
Il a vécu hier, mais son histoire dessine une voie pour demain.

C’est en ces mots et avec une voix d’enfant que le réalisateur Salem Brahimi, raconte L’Emir Abdelkader , le heros absolu  du roman national Algérien.
Faute de pouvoir poster le documentaire pour des raisons evidentes de droits d’auteur. je laisse le realisateur Salem Brahimi nous expliquer, avec une voix d’enfant le comment et le pourquoi d’être Algérien mais surtout Émir.

Fiche technique
Titre : Abd El-Kader
: Genre Documentaire
: Durée 96 mn
: Année de production  2013
Réalisateur : Salem Brahimi
Scénariste : Salem Brahimi et Audrey Brasseur
Producteur : Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel (AARC) avec le soutien du Ministère de la Culture – FDATIC et de Tlemcen, Capitale de la Culture Islamique 2011.
Producteurs executifs : Battam Films /Wamip Films

 

 
5 Commentaires

Publié par le 18 décembre 2015 dans A pile et face, Arts Visuels

 

Étiquettes : , , , ,

Fantôme de femme…

 

danish
Vous êtes jeune,belle,talentueuse , insouciante, vous vous appelez Gerda Wegener et vous demandez exceptionnellement a votre mari de poser pour vous en… femme.
Gerda qui vivait de »sketching « de portraits en série sans grand succès, jusque la, vient de bouleverser par un seul geste, la palette chromatique et sa propre vie en déclinant une oeuvre en tiroirs sur « l’être/ femme ».
Le réalisateur Tom Hooper tentera tout au long de son dernier  film « The Danish Girl » de scruter, disséquer,repenser et arpenter le ressenti feminin avec une tendresse et une pertinence désarmantes.
« The Danish Girl » est définitivement une déclaration d’amour a la Femme qui tour a tour aime, souffre, construit et pardonne a fleur de femme si tant il nous est possible de dépeindre l’abnégation infinie de la mère, épouse, amoureuse mais egalement croqueuse d’homme capable du meilleur comme du pire.
Gerda Wegener  qui vit aux premières loges la transformation de son mari en femme, apprendra a mieux connaitre sa rivale Lili dans la douleur et la solitude la plus absolue.
Un portrait en couches successives d’une créature/ maîtresse qui  souffle tout sur son passage a commencer par le mariage de ce jeune couple d’artistes peintres.
Lili optera ainsi, au grand désespoir de Gerda, pour sa toute nouvelle frémissante vie de femme et renoncera a sa vie d’époux et de peintre très prometteuse, pourtant.
02:00 heures de screening,donc,  pour raconter les frontieres fabuleusement
 floues du genre sexuel , la tenacite des archétypes sociaux et l’improbabilité de nos palpitations, celles les plus secrètes.
« The Danish Girl » est un récit sur la férocité des rivalités féminines.  Un panoramique sur le tumulte au milieu duquel s’affrontent violemment deux femmes qui aiment puissamment et qui ne devront leur survie qu’a la disparition de l’une d’entre elle.
Eddie Redmayn -Lili dans le film porte magistralement l’histoire vraie d’Einar Wegener , un peintre à succès et l’une des premières personnes à subir une intervention chirurgicale de changement de sexe- signe avec ce foisonnement de pellicules une sincère introspection dont personne n’est a l’abri  dans cette culture du tout définitif.

Avis du  cinéphile:
A voir  impérieusement pour la sublime direction photo et les nombreux plans filmés sur le mode impressionniste en plus de la prestation bluffante d’Eddy Redman et celle d’ Alicia Vikander pressentis tous les deux pour pour l’oscar 2016.

Fiche technique:
Realisateur:  Tom Hooper.
Directeur musical : Alexandre Desplat
Scénario : Lucinda Coxon.
Avec :Eddie Redmayne, Alicia Vikander, Matthias Schoenaerts, Ben Whishaw, Amber Heard
Durée : 02:00mn
Sortie:
Washington DC: 12 decembre 2015.
Londres: 01 janvier 2016.
Paris: 20 Janvier 2016.

 

 
2 Commentaires

Publié par le 13 décembre 2015 dans A pile et face, Arts Visuels

 

Étiquettes : , , , ,

Perspective suggestive.

                                    

« Agar et Ismaël » par Hocine Ziani.
huile sur toile, 120x150cm, 2015

Comment peut-on transformer des métaphores en oeuvre aussi sublime et presque réelle?.
Solitude,silence,ombres imprécises autant d’éléments qui serviront a détricoter la peur, les interrogations, les bavardages inutiles mais surtout l’art de souligner la fragilité humaine.
Hocine Ziani raconte une mer désertique et le naufrage spirituel coupable des exclusions, les plus insensées.
Extrême privilège,nous somme dans la tête de l’artiste et nous empruntons son regard qui balaye le temps.
Un tableau/bilan qui revient sur l’inconscient collectif sans marquer les conclusions abusives.
Ziani vous libère et vous invite a réécrire l’Histoire mais a plusieurs mains ,cette fois.
Faut il y lire des similitudes avec notre quotidien et un début de réponse a ces guerres fratricides qui secouent plus de la moitie du monde?
« Agar et Ismaël » est,surtout, une toile que nous lisons comme une révélation sur les origines.
Repositionner humblement l’humain et recentrer l’essentiel pour mieux nous comprendre,une vision très romantique du monde propre a Ziani qui appelle a libérer les esprits de toutes les facéties pieuses.

 
2 Commentaires

Publié par le 30 octobre 2015 dans Arts Visuels

 

Étiquettes : , , , , ,