RSS

Archives

Vidéo

Le théâtre d’ « Anna Karénine « , Joe Wright.

Le principe serait celui d’aller au cinéma pour voir du théâtre ..Joe Wright nous propose ave Anna Karenine une stylistique flamboyante , une maniere de briser les conventions du naturalisme .
Sur le model de ses précédents longs métrages dont « Reviens moi » ou « orgueil et préjudice » tournés globalement dans un décor unique, il a voulu appliquer ce même procédé pour Anna Karenine .
Le réalisateur a alors décidé de raconter son film dans un théâtre où les différents décors s’enchaineraient de façon tentaculaire.
Ce lieu a une résonance directe avec l’histoire, comme le précise le cinéaste : « Anna joue le rôle de l’épouse dévouée jusqu’au moment où elle rencontre le comte Vronski. Mais tous ceux qui l’entourent continuent de jouer. J’ai alors pensé que nous pourrions situer ce film dans un théâtre. »

Que retenir de ces 2h15mn?
Lévine et Anna sont deux personnages qui seront amenés à se croiser dans le film et qui, bien que très différents, sont les vecteurs d’une même interrogation sur le monde et sur ce qui fait le sens de la vie. Sauf que Lévine aura plus de chance qu’Anna, parce qu’il est un homme, et elle une femme, et qu’ils vivent dans une société profondément inégalitaire de ce point de vue là.
La passion transformée en tourbillon par le biais de la caméra qui tournoie autour des acteurs servis par cet environnement enivrant et le tournoiement continu et inlassable décline une valse diabolique signée Sidi Larbi Cherkaoui qui vous donnera le vertige.
les passions,les métamorphoses et les fantasmagories sont rythmés, chorégraphiés et magiquement scandaleux .
Nous n’avons aucune maîtrise sur nos vie même si en apparence elles semblent être comme une valse réglée comme du papier a musique.
Desormais la quête d’absolu s’accorde mal aux convenances hypocrites en vigueur dans la haute société Pétersbourgeoise de cette fin du XIXe siècle.
Anna Karénine en fera la douloureuse expérience. Elle qui ne sait ni mentir ni tricher ne peut ressentir qu’un profond mépris pour ceux qui condamnent au nom de la morale sa passion adultère. Et en premier lieu son mari, l’incarnation parfaite du monde auquel il appartient, lui plus soucieux des apparences que véritablement peiné par la trahison d’Anna. Le drame de cette femme intelligente, sensible et séduisante n’est pas d’avoir succombé à la passion dévorante que lui inspire le comte Vronski, mais de lui avoir tout sacrifié, elle, sa vie de femme, sa vie de mère.
Vronski, finalement lassé, retrouvera les plaisirs de la vie mondaine.
Dans son profonde solitude, Anna, qui ne peut paraître à ses côtés, aura pour seule arme l’humiliante jalousie pour faire vivre les derniers souffles d’un amour en perdition. Mais sa quête est vaine, c’est une « femme perdue ».

Anna Karenine ,un film actuel ?
Voila, la messe est dite en ces 2h15mn sur la pertinence des sentiments soulignée par une réalisation des plus singulière et surtout brillantissime puisque Wright se jouera de nous tout au long du film et nous voila tontot apeurés ,conciliants et meme complices d’Anna et de sa passion volcanique pour ensuite basculer dans l’admiration la plus franche de ce mari cocufié et qui reste digne de bout en bout .Et que dire de l’amant sincère,fou et qui essayera tant bien que mal de résister a la pression sociale .
Le réalisateur dans ce film tente de répondre a ce que c’est l’amour et sa réponse est de ne jamais avoir de réponse .
Wright expliquera dans une interview a ce propos qu' »Anna Karenine » peut refléter la société actuelle dans la façon où celle-ci est très imbue d’elle-même. Comme au temps de l’Empire russe, nous vivons dans un monde très vain, où l’on se regarde sans cesse les uns les autres. Et les médias modernes traquent les stars et les rumeurs, comme avant ».

Anna Karenine un film sur l’adultère?
voilà un titre bien trompeur. Anna Karénine est un film puissant, qui bouscule l’imaginaire. Il y a, dans cette version de l’oeuvre de Tolstoï, quelque chose de fantastique . Joe Wright nous offre un chef-d’oeuvre fait de glace et de feu. Une merveille ingénieuse d’une beauté à couper le souffle .
anna

Backstage :
Faut il souligner que la belle Keira Knightley se pare de parures signées Chanel joaillerie.
La vanité étant l’un des traits de personnalité principaux d’Anna Karénine, l’opulence symbolique de ces pièces en est la parfaite illustration » a déclaré l’actrice et égérie Chanel au WWD. Chanel ne possède pourtant pas de bijoux contemporains de l’époque du récit. Mais c’est précisément ce qui intéresse Joe Wright. : »« Dans la société où évolue Anna, explique t’il, la majorité des femmes sont très riches et habillées avec extravagance. Mais il était important pour moi de distinguer notre héroïne de celles qui l’entourent. Et les bijoux de la joaillerie Chanel étaient le moyen idéal d’y parvenir, d’autant plus que les gens de chez cette Maison prêtent une attention rare aux détails et aux intentions dramatiques », déclare le réalisateur. »
Force est de constater qu’ il ne s’agit pas tant ici de respecter l’époque que l’oeuvre de Tolstoï en la transcendant. Et les bijoux de Chanel s’inscrivent dans cette logique.
L’actrice expliquera plus loin : »I les bijoux m’ont aidé à entrer dans la peau d’Anna. Parce que la vanité constitue un des traits majeurs de son caractère et que l’opulence symbolisée par ces bijoux la nourrissent forcément. Mais aussi car, au-delà de leur éclat, il y a, à mes yeux, quelque chose d’étonnamment noir lié aux diamants et cette noirceur fait aussi partie intégrante de la personnalité d’Anna. Cette dualité se retrouve aussi d’ailleurs dans le travail fait avec Chanel sur le maquillage qui m’a permis de me sentir à la fois aristocrate russe d’hier et terriblement moderne. »
Chanel 3Chanel4Chanel 2Chanel 5

Synopsis
Dans la Russie Tsariste, Anna Karénine femme d’un haut fonctionnaire russe s’éprend d’un capitaine de l’armée ce qui va provoquer drame et scandale. Nouvelle adaptation du roman de Tolstoï par l’équipe d' »Orgueil et Préjugé » et « Reviens-Moi ».
Anna Karenine.

Réalisé par
Joe Wright
Avec
Keira Knightley, Jude Law, Aaron Taylor-Johnson.
Genre:Drame
Nationalité:Britannique

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 décembre 2012 dans Arts Visuels

 

Étiquettes : , , , , ,

Vidéo

Portrait neutre sur tabouret …

Je m’approche,je te regarde, j’essaye de comprendre pour ensuite en parler aux autres ,telle semble la démarche qu’a entrepris la photographe Americaine Taryn Simon pour nous parler de nous et de ces autres qui vivent l’incroyable la tout prés et pratiquement sous nos balcons .
Avec les photos de Simon nous sommes confronté a nos peines a notre malheur au drame humain de ces histoires carrément physiques .
Des dizaines de clichés défilent ainsi devant nos yeux et il s’agit d’un décors épuré a l’extrême . Un tabouret et des êtres comme vous et moi tout simplement assis et fixant l’objectif. Les murs sont ultra-blanc et l’éclairage ultra-lumineux, sont ponctués par des espaces toujours blancs qui représentent les disparus , les morts et ceux qui ont refusé de se faire photographier.
Pour tout cela, Simon est sans aucun doute une artiste engagée dont le travail est résolument cérébral puisqu’il s’agit en fait d’une série d’enquêtes sur la nature de la généalogie et de ses conséquences .
Son projet le plus complexe et le plus laborieux comprend une série de 18 lignées familiales, chacune avec une histoire étrange .
Un Irakien qui était apparemment utilisé comme double du fils de Saddam Hussein. Un membre de la secte religieuse druze au Liban qui croit en la réincarnation et rejoue des scènes de vies antérieures. Des homme vivants Indien déclarés morts dans les registres officiels afin de les exproprier et enfin la chasse aux Albinos en Tanzanie ou une vielle croyance prétend que les os de ces Albinos se transforment en diamant une fois enterrés .
Simon est décidément du genre obsessionnel dans la préparation de son travail qui commence par une recherche minutieuse .
– «La majorité de mon travail concerne la préparation »dira t-elle avant d’enchaîner : » « Le fait de prendre des photos est une très petite partie de ce processus. Je travaille avec une petite équipe, juste ma soeur (Shannon Simon) et un assistant (Douglas Emery). Nous traitons avec des traducteurs fixeurs, des vérificateurs de faits et nous tenons surtout compte de la logistique qui consiste a pouvoir travailler dans des endroits où les gens n’ont pas l’internet ou l’accès au téléphone. »
Nous apprenons dans la foulée que la série de photos de l’homme vivant déclaré mort est le résultat de quatre années de préparation et seulement environ deux mois de shooting.
Force est de reconnaître que Simon fait partie de ces rares photographes qui combinent le visuel et le textuel si puissamment, et dont le travail est sophistiqué en termes de pratique de l’art contemporain, mais il reste intimement lié au monde réel.
Simon est à l’avant-garde d’un genre relativement nouveau de la photographie qui échappe à la catégorisation facile et brouille souvent les frontières entre le reportage, le conceptualisme et le portrait. D’une certaine façon en découvrant ces photos a la Corcoran gallery of Art c’est comme si j’entrais dans un livre incroyable.
Bravo l’artiste.

Taryn Simon et l’une de ses séries de photos en  background.

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 novembre 2012 dans Arts Visuels

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Vidéo

A Royal Affair…

Réalisé par:Nikolaj Arcel
Avec
Mads Mikkelsen, Alicia Vikander, Mikkel Boe Folsgaard plus
Genre:Historique , Drame , Romance
Nationalité:Danois

Peut être qu’il faudrait signaler en premier que durant 2h 16min j’ai été littéralement captivée par cette splendeur picturale tout en mouvement , une direction de photo a fleur de peau …Un film lumineux qui dépoussière un pan de l’histoire du Danemarkt peu enseigné dans nos manuels.
L’histoire remonte a près de vingt ans avant la Révolution française quand la couronne du Danemark se convertissait déjà aux idées des Lumières sous l’influence du médecin du roi, un adepte de Rousseau et Voltaire.
A Royal Affair va explorer la face la plus secrète : la liaison, sentimentale et intellectuelle, qu’entretenait le médecin avec la souveraine, et qui précipita le renversement du régime .
Loin de la didactique facile, le film, par le biais d’une dramaturgie ficelée de bout en bout met en scène une tension politico-psychologique ou l’amitié ,la trahison,la jalousie , l’amour et la main mise du religieux constituent la trame d’un combat que se livrent les forces du progrès et la tyrannie de l’immobilisme .
Le film fera battre nos coeurs sur fond de velours ,de dentelles et même les bulles de champagne dans les coupes dorées ne nous feront pas oublier et a aucun moment la misère de tout un peuple qui hennit sous le poid conjugué de la tyrannie d’une aristocratie sans vergogne et la main de fer de l’église .
A Royal Affair est aussi et surtout un film actuel au vu de ce qui secoue le monde depuis un moment.
J’aime? Beaucoup et vous invite a le voir.

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 novembre 2012 dans Arts Visuels

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Vidéo

El Kahwa wel latay…

Kahwa Wel latay ,une k’cida qui a été chantée des les début de la chanson chaabi par chiekh zarbout et hadj mrizeq ( la version la plus connu ) . Chaque maitre lui a donné ses couleurs d’ou la pluralité des versions et du public
Musicalement parlant cette k’acida peut être jouée en sihli , en mouel ,en zidane et meme en sika avec des rythmes differents goubahi ,bourjila ,berwali et avec différents air aussi selon le gosto ou mrgreen du moment.

La chanson dit ceci :

Oh homme sensé, écoute mon histoire et comprend la !
Par une belle matinée printanière de l’an mille dans la lumineuse ville de Cordoue, se présentèrent devant le juge, deux éternels rivaux ; le café et le thé.
faut il préciser que dans la langue arabe , le mot café se prononce : Qahwa qui est une connotation féminine.
Ainsi dans cette sublime ville qu’était Cordoue, ville de la connaissance des sciences et des arts, ville où la civilisation islamique était à son summum, ville éclairant l’Europe de son savoir, existait un juge très connu pour son impartialité et sa probité ; c’était le juge Omar Ben Haq.
Dans la hadra du juge Omar ou toutes les franges de la société étaient présentes.
La salle était pleine à craquer. Habits de soie et habits de toile, senteurs de jasmins émanant des belles andalouses et odeurs de sueurs se mélangeaient dans un énorme brouhaha. Toute la ville était là, personne ne voulait rater l’audience.
Le juge entra dans la salle, majestueux dans sa robe de satin, d’un vert olive, le turban posé fièrement sur la tête , prit place  ,intima à l’assistance le silence et d’un signe de tête il ordonna aux deux protagonistes d’exposer leurs griefs.

EL Qahwa (le café) et le thé arrivés devant le Qadi (juge) le saluèrent par ces propos :
– Oh Qadi respectable, nous te considérons comme arbitre équitable, car tu es Incorruptible, tu ne te laisse acheter ni ne prend aucune décision à la légère, grâce au Seigneur, tu jugeras avec succès notre différent car DIEU t’a confié une partie de ses pouvoirs.

Le Cadi, agacé par tant de verbiages leur répondit en ces termes :
– Je vous écoute, trêve de bavardage, si vous avez quelque chose à dire, parlez sans inquiétude ; celui qui a raison l’emportera, et bien entendu, le perdant acceptera le verdict.
Le thé prit le premier la parole se faisant son propre avocat.

– Aujourd’hui, il est permis de me boire, dit ‘il, je n’ai rien de commun avec le vin, je suis la boisson des hommes honorables, en moi se trouve une vertu contre toutes les maladies que je rencontre à l’intérieur du corps de celui qui me boit. Je dissipe douleur et tristesse.

Continuant sa plaidoirie, le thé dit :
– Je facilite la digestion de tous les aliments lourds, je guéris les personnes souffrantes et aux hommes de bien, qui me boivent, j’apporte détente et repos.

– Je contiens un brin de fragrance de menthe et de gingembre. Pour me préparer on utilise une théière ressemblant à une tiare, posée sur un brasero rempli de braises ardentes et on utilise un plateau ciselé reposant sur un trépied en bois précieux sur lequel sont délicatement posés des verres aux couleurs chatoyantes ajoutant ainsi, à mon miroitement. Alors comment ? toi, servante, voilà que tu veux rivaliser d’éclat envers moi, lança t’il en direction d’El qahwa.

– Pourquoi élever le ton avec moi, tu n’es qu’une pauvre servante, après tout !
Tu ne procures ni extase, ni n’exhales aucun parfum, tu n’es pas digne des tasses de solennités et d’apparat, ce qui te convient, ce sont des tasses de pierre ou des bols d’argile vendus au poids, termina t’il ainsi sa longue diatribe

– DIEU récompensera tes injures comme il se doit, répliqua el qahwa, abrège tes propos et ne te proclame pas licite car c’est ma médecine à moi, qui est renommée, je guéris le malade de ses longues maladies. Aux hommes de bien qui me boivent, continua el qahwa, j’apporte détente et repos, je dissipe migraine et douleur.

Et les soirées avec moi peuvent durer longtemps, je facilite la digestion de tous les aliments lourds. Et, sarcastique, el qahoua dit au thé :
– Lorsque les veillées se multiplieront, oh esprit subtil, aucun courtier ne t’achètera au marché car tu es bon pour les chameaux et lesbœufs puisque tu es pareil à l’indigo ; tu n’es qu’une herbe colorée.

Après avoir écouter attentivement les plaidoiries d’el qahoua et du thé, el cadi leur répondit, en lissant pensivement sa petite barbe blanche, en ces termes :
– Cessez, nobles gens ! Certes, vous êtes tous deux des remèdes efficaces, mais le thé possède des vertus plus nombreuses car toi ; el qahoua, tu es bon marché et accessible par tous, le thé, quant à lui est fait pour le divertissement des gens de bonne compagnie qui se savent se délecter de ce nectar béni. En effet, continua le cadi, le thé ajoute son charme à la quiétude et à la joie des réceptions, Dieu Tout Puissant l’a créé ainsi et l’a doté d’un aspect splendide.

 
4 Commentaires

Publié par le 12 octobre 2012 dans musiques et videos

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Vidéo

Constellation Giorgio Armani printemps-été 2013 .

Si je devais revenir dans une autre vie ,c’est dans la peau de Giorgio Armani que je me réincarnerai. C’est comme cela ou rien.lol …
C’est donc dans une ambiance de poudre d’etoile que Giorgio déroule la collection printemps-été 2013 .
Des silhouette androgynes en slippers à fines rayures dorées, ou en ballerines couleur argent à lanière autour de la cheville arpentaient le runway du bout de de leurs chaussures pointues.
les superpositions,le mix- and -match semblent avoir de long jours devant eux avec les tuniques droites qui se se portent sur les pantalons courts et les tailleurs quasiment tous dépareillés. Le tout coupé
dans de la soie et de l’organza, pour une collection très soir.
la collection aurait pu être déclinée en total grey. Les premiers passages le laissaient présager. Mais d’autres couleurs sont venues l’égayer comme le noir, le turquoise, le jade, le bleu clair et le blanc. Le bleu nuit, pour le soir, est réveillé par un imprimé cosmique.
Un detail cependant :
les perles et autres cristaux qui viennent orner les robes du soir. Majestueux.
Collection 2013 inedite dites-vous ? le créateur pioche dans l’univers masculin. Il récupère des bretelles, que l’on croise à l’avant, sous une veste lilas, bleu ciel et rose saumon.
Il opte aussi pour une bretelle unique, portée en travers de la silhouette et attachée à une ceinture large à nœud.
Verdict:
A la fois , délicieux, décontracté et sans effort ,j’ai nommé le Sieur Giorgio Armani.

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 septembre 2012 dans Mode & Art de vivre

 

Étiquettes : , , , , , ,

Vidéo

Alger, un autre espace ou vivre…

Liste des musées d’Alger:

Musée National du Bardo
Le Musée National du Bardo est un édifice classé « Monument Historique » depuis septembre 1985. Il se compose de deux parties appartenant à deux périodes différentes : * Période ottomane * Période coloniale (française).
Adresse : 3, rue Franklin Roosvelt – Alger
Téléphone : (+213) 21 74-76-41 Fax : (+213) 21 74-76-41
E-mail : Contact@univ-alger.dz
Site web : http://www.musee-bardo.art.dz
Horraires : 09h-12h & 14h-17h
Tarifs : 4,00 DA (demi-tarif pour les scolaires, étudiants, moins de 13 ans) – 100,00 DA la visite guidée

Musée de l’Armée
Musée spécialisé
Adresse : Riadh El Feth, El Madania – Alger
Téléphone : 021 67 15 47 Fax : 021 67 15 47
E-mail : webmaster@siteweb.dz
Site web : http://www.siteweb.dz

Musée National des Arts et des Traditions Populaires
Musée spécialisé
Adresse : 69, rue Akli Malek, La Casbah – Alger
Téléphone : 021 71 14 34 Fax : 021 71 14 34
E-mail : webmaster@siteweb.dz
Site web : http://www.musee-mnatp.art.dz

Musée des Antiquités
Musée spécialisé
Adresse : Parc de la liberté, Telemly – Alger
Téléphone : 021 74 66 86 Fax : 021 74 66 86
E-mail : webmaster@siteweb.dz
Site web : http://www.musee-antiquites.art.dz

Musée National des Beaux-Arts
Musée spécialisé
Adresse : Rue Mohamed Belouizdad, El Hamma – Alger
Téléphone : 021 66 10 75 Fax : 021 66 10 75
E-mail : webmaster@siteweb.dz
Site web : http://www.siteweb.dz

Musée National du Djihad
Musée spécialisé
Adresse : Riadh El Feth, El Madania – Alger
Téléphone : 021 65 34 88 Fax : 021 65 34 88
E-mail : webmaster@siteweb.dz
Site web : http://www.siteweb.dz

Musée pour enfants
Musée spécialisé
Adresse : 114 Bd colonel Krim Belkacem, Telemly, Parc de Beyrout – Alger
Téléphone : 021 64 54 17 Fax : 021 64 54 17
E-mail : webmaster@siteweb.dz
Site web : http://www.siteweb.dz

Musée du Mont Riant
Musée spécialisé
Adresse : Parc Mont Riant – Alger
Téléphone : 021 00 00 00 Fax : 021 00 00 00
E-mail : webmaster@siteweb.dz
Site web : http://www.siteweb.dz

Musée du Palais du Dey
Musée spécialisé
Adresse : Monument Palais du Dey – Alger
Téléphone : 021 00 00 00 Fax : 021 00 00 00
E-mail : webmaster@siteweb.dz
Site web : http://www.siteweb.dz

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 septembre 2012 dans Arts Visuels

 
Vidéo

Camille Saint Saens l’Algerien…

Trois choses a savoir sur Camille Saint Saens :
Il a écrit douze opéras, dont le plus connu est Samson et Dalila (1877).
il occupe une place particulière dans l’histoire du septième art puisqu’il est, en 1908 le tout premier compositeur de renom à composer une musique spécialement pour un film, L’Assassinat du duc de Guise.
And at last and not least son œuvre fut liée à l’Algérie où il fit dix neuf séjours et où il mourut .

flashback:
C’est en 1873 et a l’âge de 38ans que Camille Saint-Saens fit la connaissance d’Alger et s’y installa a la pointe Pescade dans une villa mauresque .
Saint Saens sortait souvent le soir et poussait la déambulation jusqu’à la casbah afin de s’abreuver de musique Algérienne . Au hasard de ses promenades , le compositeur entendit dans un des cafés populaires de l’époque une « tawchiyat Zidan » du répertoire Andalous qu’il reprit intégralement dans une de ses plus célèbres compositions, le 3e acte de « Samson et Dalila  » .

Saint Saens l’Algerien:
«Ma douce Algérie, quelle volupté que celle de respirer le parfum de ses orangers !» . C’est en ces termes que Saint Saens parlait de l’Algerie dont il était tombé profondément amoureux au point de lui consacrer l’une de ses plus emblématique composition «Suite Algérienne op. 6o, avec la Rêverie du Soir à Blida et la Rapsodie mauresque . Son répertoire Algérien compte aussi Caprice arabe op. 96 pour deux pianos dont le rythme évoque l’accompagnement de derboukas.
Saint Saens mourut a Alger le 16 décembre 1921,la terre qu’il n’a jamais cesse d’aimer ..
Un Boulevard fut bâtit en son nom a l’epoque,le boulevard Saint-Saëns présentement baptisé  boulevard Mohamed 5..

Combien de jeunes gens aujourd’hui en Algérie ont appris a estimer le maestro et son œuvre ? je n’ose attendre une réponse mais je vous demande  amicalement de prêter une oreille attentive du haut de l’avenue Saint Eugene et vous entendrez surement les notes du maitre encore chanter ..

Video sonore de Camille Saint Saëns – « Rêverie du soir » from « Suite algérienne » Op.60

Video sonore de Camille Saint Saëns – « Rêverie du soir » from « Suite algérienne » Op.60

 
1 commentaire

Publié par le 11 septembre 2012 dans musiques et videos

 

Étiquettes : , , , , , , , ,